A la Une

  • 4ème DIMANCHE DE PAQUES : LES VOCATIONS SACERDOTALES ET RELIGIEUSES CELEBREES A LA PAROISSE NOTRE DAME DE L’ESPERANCE – PAILLER

    4ème DIMANCHE DE PAQUES : LES VOCATIONS SACERDOTALES ET RELIGIEUSES CELEBREES A LA PAROISSE NOTRE...

  • MESSE SOLENNELLE DE CONSÉCRATION ÉPISCOPALE DE MGR JEAN SYLVAIN  SAMEDI 07 MAI 2022  EN LA CATHEDRALE SAINT PAUL-ABIDJAN

    MESSE SOLENNELLE DE CONSÉCRATION ÉPISCOPALE DE MGR JEAN SYLVAIN SAMEDI 07 MAI 2022 EN LA...

  • 553 ENFANTS ET ADULTES CONFIRMES   A LA PAROISSE SAINT AMBROISE DU JUBILE 30-04-22

    553 ENFANTS ET ADULTES CONFIRMES A LA PAROISSE SAINT AMBROISE DU JUBILE 30-04-22

  • LES PRETRES DE LA FRATERNITE DES PIONIERS DU SEMINAIRE D’ABADJIN KOUTE CHEZ LE CARDINAL JEAN-PIERRE KUTWA

    LES PRETRES DE LA FRATERNITE DES PIONIERS DU SEMINAIRE D’ABADJIN KOUTE CHEZ LE CARDINAL...

VIGILE PASCALE 2022 A SAINT JEAN DE COCODY

Après plus d’un mois de jeûne et de pénitence, les fidèles catholiques sont parvenus hier samedi 16 Avril 2022 au dernier jour du Triduum Pascal. En cette nuit, toutes les paroisses étaient au Rendez-vous pour la célébration de LA RESURRECTION DE NOTRE SEIGNEUR.

A la paroisse Saint Jean de Cocody, la célébration  de la Vigile Pascale a commencée à 20h avec LA BENEDICTION DU FEU NOUVEAU. Le curé, le Père Hyppolite AGNIGORI, présidait la cérémonie.

Après le chant de l’EXULTET, exécuté par le vicaire, le Père Jean-Marc MAWUTHION, a suivi la lecture des textes liturgiques. Le Père Adrien ESSOH, professeur de dogmatique à l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO) a prononcé l’homélie.

 

Comme à chaque Vigile Pascale, le curé a procédé à quelques de catéchumènes et reçu leurs consentements pour le mariage.

A la fin de la messe, les paroissiens venus nombreux à la fête, ont vibré aux chants de la Résurrection de Notre Seigneur

Père Jean-Baptiste DIAHOU

 

HOMELIE

«Pourquoi cherchez parmi les morts celui qui est vivant?» Telle est la question des anges aux femmes.

Les femmes ont vu Jésus mourir et être enseveli. La question qui leur est posée parait étrange. Comment peut-il être vivant? La réponse donnée par les messagers est encore plus étrange: «Il n’est pas ici, il est ressuscité». Venues rendre les derniers honneurs à Jésus, les femmes trouvent la pierre roulée mais sans le corps. Elles constatent l’absence du corps dont elles avaient surveillé la mise au tombeau.

La foi en la résurrection du Christ, en effet, ne peut en aucun cas découler d’un constat policier: le tombeau est vide, aucune trace de pas. La résurrection se déroule dans une extrême discrétion, signe de la grandeur de l’amour et de la puissance de Dieu.

Ce tombeau vide est toutefois éclairé par une parole divine qui lui donne toute sa signification. «Il n’est pas ici, il est ressuscité». Cette parole divine est celle même de Jésus durant sa vie terrestre. Au moins à 3 reprises il a annoncé à ses disciples: «Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit mis à mort et ressuscite le 3ème jour». Les anges ne font que rappeler aux femmes les prédications de la passion-résurrection faites par Jésus, conformément au plan de Dieu.

La résurrection est crédible et efficace. Les femmes vont trouver Pierre et lui annonce la nouvelle de la résurrection. Il résulte du témoignage de l’Ecriture, que la mort du Christ fut pour les disciples une disgrâce et une trahison. Eux qui espéraient en lui selon le témoignage des disciples d’Emmaüs Lc 24,36. En plus la foi juive en la résurrection est pour le jugement final. Les disciples ne pouvaient donc pas annoncer la résurrection d’une personne avant celle finale s’ils n’ont pas une expérience extérieure.

Jésus n’est pas resté prisonnier de la mort, mais l’a vaincu par sa résurrection. Et les femmes venues au tombeau pour rendre les honneurs à Jésus à travers l’onction, vont se retrouver dans une nouvelle situation; celle de rendre service à la communauté chrétienne en annonçant la résurrection. D’un simple service d’onction, elles deviennent ainsi les témoins et les missionnaires de Bonne nouvelle. Si les bergers ont reçu l’annonce de la naissance à Noel, les femmes reçoivent celle de la résurrection à Paques.    

Toute notre vie quotidienne et toute notre foi dépendent de l’annonce de la résurrection. Si le Seigneur est ressuscité, alors change tout. L’homme peut perforer le mur de la mort, vaincre la haine par l’amour. Avec la résurrection du Christ, tout homme peut tenir l’espérance vive face aux situations sombres de la vie.

     La liturgie du feu au début de la messe indique bien la prévalence de la lumière sur les ténèbres. En cette nuit très sainte, la plus sainte de toute l’année liturgique pour l’Eglise et pour l’humanité entière, nous célébrons la victoire de la vie sur la mort. C’est pour exprimer cette victoire que l’Eglise célèbre les baptêmes en cette nuit. En effet, le baptême est la Pâques pour chacun. La vie de grâce prend le dessus sur le péché.

La célébration du baptême que nous aurons tout à l’heure et le renouvellement des promesses baptismale des chrétiens nous aident à mieux comprendre le sens de la Pâques. Nouveaux et anciens baptisés, nous allons manifester publiquement notre intention et engagement à renoncer à Satan et à ses œuvres.

Jésus, parce qu’il est le Vivant est cet homme qu’on peut rencontrer aujourd’hui. Oui, une expérience de rencontre est possible avec le ressuscité à travers les signes qu’il a donnés de sa présence. Comment ma vie quotidienne proclame Jésus vivant ?

    Je voudrais nous inviter à découvrir la grâce de la résurrection dans notre vie. La victoire du crucifié ne se fait pas au détriment d’un ennemi de chair et de sang, mais contre mon orgueil, mon arrogance, mes méchancetés, mes mensonges, mes mépris et mes meurtres de tous les jours. Oui frères et sœurs, le mal nous menace et nous propose ses œuvres de pouvoir et d’honneur jusqu’à vendre notre dignité. Le Seigneur a libéré Israël de l’esclavage en Egypte. Aujourd’hui, l’esclavage le plus terrible, c’est la tyrannie du péché et de la mort. Saint Paul montre bien la tyrannie du péché en nous: le bien que nous voudrions faire, nous ne parvenons pas à le faire, et le mal que nous voudrions éviter, nous le faisons pourtant. La vie nouvelle à laquelle nous convie le Ressuscité est celle qui à sa suite nous mène du péché à l’amour et de la mort à la vie. Que chacun accepte de se libérer de la mort, de l’oppression et de l’absence de Dieu qui est en lui.

Avec la Pâques, Dieu nous offre son amitié et sa grâce. En effet, l’acte de résurrection est aussi un acte créateur de nouveaux êtres que nous sommes de par notre baptême. Avec le Christ et dans le Christ, nous sommes déjà morts et ressuscités.    

Le vendredi saint nous avons découvert le drame de la souffrance et l’échec de l’homme mais en cette nuit de la résurrection se manifeste la victoire sur le mensonge, l’injustice, la mort et les puissances du mal. Croire en Jésus ressuscité signifie pour le chrétien, s’engager dans une solidarité active, combattre et vaincre toute expérience de passion et de souffrance.

Le jour de la résurrection, fondement de notre foi, est la victoire définitive du Christ et de Dieu sur la mort; il est la réalisation de notre filiation divine. Le mystère pascal doit soutenir la dynamique de conversion. Son sang versé sur la croix rétablit l’alliance entre Dieu et l’humanité. Il nous faut donc éliminer de nos vies tout ce qui n’est pas Dieu, éradiquant le mensonge et abattant les idoles qui prennent de plus en plus la place de Dieu.

Avec la Pâques «vivons comme des fils de la lumière –or la lumière produit tout ce qui est bonté, justice et vérité- et sachons reconnaître ce qui est capable de plaire au Seigneur».

    Dans le récit de la création que nous avons écouté, le jour du repos est le couronnement de cette semaine entière de la création. L’observation de ce jour sacré exprime la conviction que c’est vraiment Dieu qui est le maitre de toute chose et qu’il continue de créer et de maintenir. Pour nous les chrétiens, le premier jour de la semaine qui est jour de la résurrection est plus important car le Seigneur accompli sa nouvelle création par la résurrection de Jésus. La résurrection de Jésus ouvre  une nouvelle ère de grâce et d’amitié à tous, voilà pourquoi il faut la célébrer et la sanctifier.  

Nous célébrons en cette nuit le mystère de la résurrection du Christ. Jésus ressuscité, sans le vouloir, devient objet de publicité. Dans cette publicité, ce qui compte, ce n’est pas la recherche du vrai, de la vérité mais le sensationnel. Des livres et des films sont montés juste pour faire du sensationnel. Des Jésus nouveaux Baoulé, Adioukrou ou Bethé,  apparaissent pour faire du sensationnel et cacher la vérité de Jésus de Nazareth.

Pendant que certains cherchent le sensationnel, nous avons l’impression que tendances d’autres sont animées par cette envie malveillante d’éliminer Jésus parce qu’il dérange trop ceux qui ne veulent pas être dérangés. Oui Jésus ressuscité dérange trop ceux qui ne veulent pas dérangés, ceux qui se plaisent dans les œuvres de ténèbres et du mal.

Oui frères et sœurs la résurrection du Christ est crédible et efficace. En effet, il y a dans l’homme des prémices qui justifie l’hypothèse de la résurrection. Dans l’agir de l’homme se trouve une espérance pour une vie illimitée, un dépassement de la mort. Au niveau universel, l’on peut noter dans l’humanité une exigence de justice et de solidarité. Même si nous constatons l’injustice au quotidien, il y’a en la société humaine une espérance de participation à un bien-être réservé à l’humanité. Seul le Christ par sa mort et résurrection réalise déjà cette exigence humaine d’une vie après la mort. Voilà ce qui rend encore aujourd’hui crédible ma mort et résurrection.

Que la grâce de la résurrection renouvelle nos rapports avec Dieu, avec nous-mêmes, avec les autres et avec le monde.

Le Père Adrien ESSOH,

professeur de dogmatique à l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO)