A la Une

  • CELEBRATION DU JUBILE D’OR DE LA MERE CAROLINE ABOU CHIOGOU (NOTRE DAME DE LA PAIX)

    CELEBRATION DU JUBILE D’OR DE LA MERE CAROLINE ABOU CHIOGOU (NOTRE DAME DE LA PAIX)

  • Messe de requiem du Père ODDY Oddy Arsène

    Messe de requiem du Père ODDY Oddy Arsène

  • HOMELIE DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWÃ ARCHEVEQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DES ORDINATIONS DIACONALES 2022

    HOMELIE DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWÃ ARCHEVEQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DES ORDINATIONS...

  • ORDINATION PRESBYTERALE    Cathédrale Saint Paul Plateau  Abidjan le 9 juillet 2022

    ORDINATION PRESBYTERALE Cathédrale Saint Paul Plateau Abidjan le 9 juillet 2022

HOMELIE DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWÃ ARCHEVEQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE LA CELEBRATION DES 40 ANS DU DIOCESE DE GRAND BASSAM

Paroisse Saint Esprit de Mockeyville Grand Bassam le 26 Juin 2022

Diocèse de Grand Bassam, porte de la foi, lève-toi, suis-moi et bénis le Seigneur.

Monsieur le ministre DANHO Paulin, représentant Monsieur le premier ministre,
Excellence Mgr Raymond AHOUA Evêque de grand Bassam,
Excellence Mgr Paul DACOURY-TABLEY, Evêque Emérite de Grand Bassam
Vénérables frères dans l’Episcopat,
Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement,
Mesdames et Messieurs les membres du Corps préfectoral Distinguées autorités politiques, civiles, coutumières, militaires et religieuses,
Révérends Pères,
Révérendes sœurs,
Chers frères et sœurs en Christ,

Le 25 janvier 2021, nous nous sommes retrouvés nombreux ici, en ce même lieu, pour célébrer dans la ferveur et la piété, les 125 ans de l’évangélisation de notre pays, la Côte d’Ivoire ! Ce jour-là, la fête fut à la dimension de Celui qui nous conviait à un tel événement d’action de grâce : Dieu qui écrit notre histoire et qui nous montre qu’Il est et sera de toutes nos rencontres chaque fois que nous daignerons l’inviter ! Ce jour-là, j’avais affirmé relativement à la responsabilité qui est la nôtre, que

notre travail de chrétiens est un travail de jardiniers. Toujours et toujours il nous faudra retirer épines, ronces et pierres. De toutes sortes de façons, le Seigneur nous invite à préparer le terrain. Lui, Dieu, féconde et donne la croissance. Il nous faut donc être patients en ayant la même foi du semeur : la terre où nous vivons peut être une terre sainte ! Et Dieu va faire encore des miracles pour son peuple qui est en Côte d’Ivoire.

Pratiquement une année après, nous nous retrouvons ensemble, dans un cadre plus restreint mais non moins festif et priant, pour encore une fois rendre grâce à Dieu, qui permet au Diocèse de Grand Bassam, de boucler les festivités marquant la célébration des quarante années de son existence en tant qu’Eglise particulière, sur ce territoire qui couvre le littoral sud est de notre pays, un littoral qui n’est pas sans nous rappeler l’arrivée des premiers missionnaires et qui fait de ce diocèse frère, la porte de la foi en Côte d’Ivoire ! Qu’il me soit permis de reprendre avec vous en l’adaptant, le Cantique des trois enfants que nous trouvons dans le livre de Daniel :

Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur :
À lui haute gloire, louange éternelle !
Vous, les anges du Seigneur, bénissez le Seigneur :
À lui haute gloire, louange éternelle !

Vous, les cieux, bénissez le Seigneur,
Et vous, les eaux par-dessus le ciel, bénissez le Seigneur,
Et toutes les puissances du Seigneur, bénissez le Seigneur.

Et vous, le soleil et la lune, bénissez le Seigneur,
Et vous, les astres du ciel, bénissez le Seigneur,
Vous toutes, pluies et rosées, bénissez le Seigneur,
À lui haute gloire, louange éternelle !

Et vous, montagnes et collines, bénissez le Seigneur,
Et vous, les plantes de la terre, bénissez le Seigneur,
Et vous, sources et fontaines, bénissez le Seigneur.
Et vous, les enfants des hommes, bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !

Et vous, les prêtres, bénissez le Seigneur,
Religieux, religieuses et consacrés, bénissez le Seigneur, Catéchistes et hommes de foi, bénissez le Seigneur, Vous ses serviteurs, bénissez le Seigneur, À lui, haute gloire, louange éternelle !

Les esprits et les âmes des justes, bénissez le Seigneur,
Les saints et les humbles de cœur, bénissez le Seigneur,
Et vous tous venus rendre grâce à Dieu, bénissez le Seigneur.                                                                                  À lui, haute gloire, louange éternelle !

Bénissons le Père, le Fils et l’Esprit Saint,
À vous haute gloire, louange éternelle !
Béni sois-tu, Seigneur, au firmament du ciel :
À toi haute gloire, louange éternelle !

Diocèse de Grand Bassam, porte de la foi, !

Comment parler de toi sans évoquer la mémoire et le souvenir de certains pionniers : le Cardinal Bernard YAGO qui a scindé son Archidiocèse pour donner naissance aux diocèses de Bassam et de Yopougon et qui a consacré le premier évêque Monseigneur Joseph AKICHI, tous deux d’affectueuses mémoires ? Que dire de Monseigneur Paul DACOURY-TABLEY ATEKEBLE, son successeur, notre vénérable frère qui tout en vieillissant, fructifie et garde encore sa sève et sa verdeur ?

Pourrait-on passer sous silence le très Révérendissime Mgr ATTOBRA, ordonné à l’âge de 70 ans ? Pensons aux ainés, le père Isaac ABOUDOU-KOFFI, endormi dans la paix du Seigneur, les pères Emile ADIKO, Paul VANGAH, Christophe BAMOUNI, Phillipe BATIONO pour ne citer que ceux-là ? Pourrais-je oublier le révérend père Michel AKA BOA, le premier prêtre du tout nouveau Diocèse qui venait d’être érigé ?

Disons merci au Seigneur pour eux ainsi que pour les religieuses Notre Dame des Apôtres, les pionnières, sans oublier tous les catéchistes, les hommes et les femmes, enfants, jeunes et adultes, des plus illustres aux inconnus qui ont exercé un apostolat difficile mais fructueux pour implanter la foi dans cette partie du territoire ivoirien, pour la gloire de Dieu et le bonheur de leurs frères et sœurs. Que tous trouvent ici, dans cette célébration, là où ils se trouvent, la récompense promise aux bons et loyaux serviteurs et que par la miséricorde de Dieu, tous les acteurs défunts de cette évangélisation, reposent en paix !

Diocèse de Grand Bassam, porte de la foi, écoute !

Quarante années après, entendras-tu, le souffle de l’Esprit qui t’invite à aller plus en profondeur, à élargir l’espace de ta tente parce que le Seigneur veut que tu débordes de tous côtés ? Sauras-tu discerner les signes des temps dans lesquels nous sommes pour répondre à ta vocation, alors que le monde semble aller à vau-l’eau, nous laissant l’illusion de temps qui tanguent dangereusement et qui appellent une action prompte de chrétiens lucides, fiers de témoigner de Jésus-Christ ?

Dans la première lecture de ce jour qui nous retrace l’histoire de la vocation de Elisée, on peut remarquer que les gestes engagent plus que les paroles. En jetant son manteau sur Elisée, Elie en fait son auxiliaire jusqu’au jour où il succèdera à son Maître. Il est bon de noter que le sacrifice des instruments de travail de ce nouvel appelé exprime son immédiate disponibilité. La beauté de cette lecture réside aussi dans le fait que c’est bien au sein de la vie quotidienne que retentit l’appel et la mention du douzième arpent qui nous fait penser qu’Elisée a fini sa tâche, son ancienne mission, son ancienne vie et qu’une nouvelle vie commence !

Diocèse de Grand Bassam, porte de la foi, tends l’oreille !

Toi aussi, te laisseras-tu convaincre qu’à l’occasion de cette célébration eucharistique qui marque les quarante années de ton existence, le Seigneur veut te rejoindre, dans le quotidien de ce qui fait ta vie pour faire de tous, des auxiliaires pour son œuvre, celui du développement intégral de tous ceux que Lui, le Seigneur mettra sur les chemins de ta vie ? Comprendras-tu que le Seigneur t’invite à passer à une nouvelle vie, immédiatement et en toute liberté ? Comprendras-tu que l’appel qui est le tien pour les prochaines années exige radicalité pour infuser les valeurs de l’évangile dans nos sociétés ? Oui, c’est aujourd’hui qu’il te faut donner une réponse au Seigneur ! Que sera-t-elle et comprends-tu que tu es à un tournant décisif de ton histoire ?

Dans le texte de l’évangile de ce jour, Jésus prend le départ vers la ville qui sera le lieu de son exécution. Désormais, tout prendra sens par rapport à cette montée résolue vers sa Passion, sa mort et vers Dieu son Père, depuis ses paroles jusqu’aux actes qu’Il va poser ! Les oppositions ne manqueront pas non plus mais elles nous révèlent qu’à l’instar de Jacques et Jean, nous pouvons nous tromper et nous faire une fausse idée de notre mission : ‘‘Seigneur, veux-tu que nous ordonnions qu’un feu tombe du ciel et les détruise ?’’

Diocèse de Grand Bassam, porte de la foi, regarde et vois !

Alors que l’Eglise universelle est en synode, ce temps d’écoute, de dialogue et de discernement qu’elle est en train de mener afin de mieux répondre à sa mission d’annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ au monde entier, auras-tu l’attitude de Jacques et Jean, celle qui consiste à exclure alors que s’impose pour tous la nécessité de renforcer l’unité du corps ecclésial, pour une efficacité de l’action pastorale, ce que vous avez dénommé ici le N’ganMonou ?

Assurément, la coïncidence est trop belle, pour ne pas comprendre que, comme dit le Pape François ‘‘se rencontrer, c’est prendre conscience que la spiritualité du marcher ensemble est appelée à devenir le principe éducatif de la formation humaine et chrétienne de la personne, la formation des familles et des communautés ; que discerner et décider, c’est ne jamais perdre de vue que dans un style synodal, les décisions sont prises en passant par un processus de discernement, sur la base d’un consensus qui jaillit de l’obéissance commune à l’Esprit.’’

Diocèse de Grand Bassam, porte de la foi, lève-toi !

Les défis qui sont les vôtres à la suite du Christ et qui ont pour noms l’autonomie financière de votre diocèse, l’achèvement de la construction de votre cathédrale dédiée au Saint Esprit, l’éducation pour ne citer que ceux-là, exigent de vous humilité mais également une forte dose d’espérance pour croire qu’avec Dieu, tout est possible !

Pour terminer, je voudrais reprendre les propos de notre Saint Père le Pape François dans son message lors de la vigile pascale de l’année 2018 : ‘‘célébrer Pâques signifie croire de nouveau que Dieu fait irruption et ne cesse de faire irruption dans nos histoires, défiant nos déterminismes uniformisants et paralysants. Célébrer Pâques signifie faire en sorte que Jésus soit vainqueur de cette attitude lâche qui tant de fois, nous assiège et cherche à ensevelir tout type d’espérance.

La pierre du tombeau a fait sa part, les femmes ont fait leur part, maintenant l’invitation est adressée encore une fois à vous et à moi : invitation à rompre avec les habitudes répétitives, à renouveler notre vie, nos choix et notre existence. Une invitation qui nous est adressée là où nous nous trouvons, dans ce que nous faisons et ce que nous sommes ; avec la “part de pouvoir” que nous avons. Voulons-nous participer à cette annonce de vie ou resterons-nous muets devant les événements ?

Diocèse de Grand Bassam, porte de la foi, lève-toi et suis-moi !

Plaise à Dieu que tous, nous entendions cet appel et que nous y répondions avec la puissance que donne le Saint Esprit, aujourd’hui, demain et dans les siècles sans fin ! Amen !

Bonne fête à tous !

+ Jean Pierre Cardinal KUTWÃ
Archevêque métropolitain d’Abidjan