A la Une

  • LA NOUVELLE GROTTE NOTRE DAME DE LOURDES SANTE DES MALADES DE LA PAROISSE SAINTE CECILE LES VALLONS BENIE LE DIMANCHE 27 NOVEMBRE 2022 PAR LE CARDINAL JEAN-PIERRE KUTWAN

    LA NOUVELLE GROTTE NOTRE DAME DE LOURDES SANTE DES MALADES DE LA PAROISSE SAINTE CECILE LES...

  • LA PAROISSE CHRIST-ROI D'ALÉPÉ A CELEBRE SON JUBILE D'ARGENT (25 ANS)

    LA PAROISSE CHRIST-ROI D'ALÉPÉ A CELEBRE SON JUBILE D'ARGENT (25 ANS)

  • INSTALLATION DU CURE AKELE MAXIME DE LA PAROISSE SAINT PIERRE ET PAUL OGHLWAPO

    INSTALLATION DU CURE AKELE MAXIME DE LA PAROISSE SAINT PIERRE ET PAUL OGHLWAPO

  • LA JOURNEE NATIONALE ‘’JUSTICE, PAIX ET ENVIRONNEMENT 2022

    LA JOURNEE NATIONALE ‘’JUSTICE, PAIX ET ENVIRONNEMENT 2022

Messe de requiem du Père ODDY Oddy Arsène

Frères et sœurs en Christ et en humanité

Dans tous les pays du monde, dans toutes les cultures du monde, dans toutes les religions du monde, la mort est une épreuve qui demeure un mystère aux yeux de l’homme. Et même si cette mort survint après un accident, une maladie grave, ou tout simplement en raison de l’âge, le fait qu’il passe de la mort à la vie reste pour l’homme un mystère auquel jamais nous ne pourrons nous habituer. Et lorsque celui qui nous quitte est un membre de notre famille biologique,

diocésaine ou paroissial ; quand celui qui s’en va est un proche que nous avons connu et aimé, avec qui nous avons cheminé, parlé, travaillé et rit ; lorsque celui qui s’en est allé le samedi 23 juillet 2022, s’appelle Père Arsène Oddy Oddy, ce mystère devient encore plus lourd avec le chagrin de la séparation. C’est un faisceau de relation qui s’évanoui avec son départ de ce monde. Notre sœur la mort arrache à notre affection un fils bien-aimé, un frère dévoué, un pasteur aimant et un ami fidèle.

La tristesse, les larmes et les regrets de ses instants prouvent bien que nous avons besoin d’appui pour donner à la fois un sens au départ du père Arsène et une consistance à notre propre vie.

Eminence, Jean-Pierre Cardinal Kutwa, archevêque métropolitain d’Abidjan, yako ! Vous perdez un de vos prêtre qui précisément pour vous un fils bien-aimé. Votre douleur est d’autant plus profonde quand on sait que vous séchez à peine vos larmes pour un autre, le père Nzi Léon rappelé à Dieu, il y a peu de temps. C’est toute la famille diocésaine d’Abidjan qui pleur avec vous. Que Dieu console votre cœur de père.

Aux fidèles de la paroisse sainte trinité d’Akouédo Akyé, yako à vous ! L’on mesure pleinement la souffrance qui est la vôtre de voir s’éteindre la vie de votre curé, de votre premier curé. Ce pasteur attentionné qui a su travaillé à la cohésion et au dynamisme de votre jeune paroisse. Que Dieu soit votre réconfort.

 A la famille biologique de notre regretté, yako à vous ! Florence, Mathieu, Silvère, Blandine yako à vous et à vos parents. Il n’y a pas si longtemps c’était papa ODDY Léonard qui quittait ce monde.

Quelque temps après c’était le tour de maman M’bola Mélanie. Aujourd’hui, le décès de celui qui était un appui fiable et qui faisait tant la  fierté de votre famille et de tout le village d’Azaguié-Blida replonge dans le même désarroi. Que Dieu soit le secours de tous.

A vous prêtre de la promotion 2005, aux prêtres abbey, ainsi que ceux de l’association des prêtres originaires de la paroisse Notre Dame d’Anyama, yako à vous. Un ami fidèle n’est plus. Que Dieu soit votre soulagement.

Courage et yako aux paroissiens de saint jean de M’bengué, dans l’archidiocèse de Korhogo, de saint augustin d’Aboboté, de sainte Géneviève d’Agban gendarmerie, de sainte Thérèse de Marcory, de saint Ambroise ma vigne de Cocody  Angré. A tous ceux qui expérimentent aujourd’hui la douleur du vide que laisse la père Oddy Oddy Arsène, yako.

Frères et sœurs, l’occasion de cette messe est bonne pour aider chacun à traverser sereinement cette épreuve. En effet, cette dernière eucharistie avec le père Arsène est un acte éminemment prophétique que nous voulons poser au nom de notre foi. La veille de sa passion le Christ a dit ceci « Prenez et mangez ceci est mon corps ; Prenez et buvez ceci est mon sang ». Il a surtout précisé l’importance de ce signeen ces termes : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang à la vie éternelle et moi je le ressusciterai au dernier jour ». Parents, amis, confrère et connaissances du père Arsène Oddy Oddy, venus nombreux dans cette Eglise Cathédrale, en célébrant l’eucharistie de ce jour, n’oublions pas que le Christ a institué ce sacrement pour que nous ayons la vie, et que nous l’ayons en plénitude.

De son vivant, Arsène a communié au corps et au sang du christ ; il a aimé le corps et le sang du Christ, s’efforçant de vivre au mieux les exigences de charité et de foi de ce sacrement. De son vivant, le père Arsène a accepté d’être le Jésus-Christ, recevant l’offrande du peuple pour le présenter à Dieu. Ayant une vive conscience de ministère sacerdotale, il s’est évertué à vivre l’acte sacrificiel qu’il accomplissait chaque jour et s’est employé à se conformer au mystère de la croix du Christ. Cette messe de requiem doit nous réconforter à l’idée que le père Arsène Oddy Oddy réalise maintenant même sa pleine communion avec son maître et sauveur.

Par le don total de la vie du Christ aux hommes, la mort du Fils de Dieu comme celle du chrétien devient un passage. Le passage de ce monde fini pour un monde impérissable. L’apôtre Paul, dans sa lettre aux corinthiens, revient sur cette vérité essentielle en ces termes : « Car il faut que ce qui est périssable en nous devienne impérissable ; il faut que ce qui est mortel revêtira l’immortalité, alors se réalisera la parole de l’Ecriture : la mort a été engloutie dans la victoire ».ces paroles nous invitent à demeurer sereins dan la prière. Le père Arsène Oddy Oddy a plus besoin de nos prières que de larmes. Au mieux, que nos larmes, épongées par l’espérance en la résurrection soient prière pour son repos éternel en Dieu. Le Christ, visage de la miséricorde du Père nous rassure : « Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon père, beaucoup peuvent trouver leur demeure,(…..). Moi, je suis le chemin, la vérité et la vie ; Personne ne va vers le père sans passer par moi ».

Révérend père Arsène Oddy Oddy, merci. Merci pour la qualité de ta présence aux côtés de tous. Tous, nous avons été séduits par ta grande envie de célébrer la vie et la l communiquer. Tous, nous avons fait l’expérience de la qualité de ton engagement au  service des autres. Nous sommes unanimes sur le fait que tu avais un sens poussé de l’amitié. Tu savais être un bon ami. Ton humour, ton calme si particulier, ton dévouement de chaque instant resteront à jamais gravé dans nos cœurs. Nous sommes plus que persuadés que Dieu qui est être de cœur saura en faire les raisons suffisantes de ton entrée dans sa félicité éternelle. Révérend père Arsène Oddy oddy, dans cette cathédrale, le 14 avril 2007, en devenant prêtre de Jésus-Christ par l’ordination, l’image de ta prostration (face contre terre) pendant la litanie des saints nous revient. Par ce geste, tu faisais solennellement la promesse à Dieu de t’abandonner à lui, de tout lui abandonner. Aujourd’hui, dans une posture quasi similaire, (cette fois-ci retourné face au ciel) c’est toute l’Eglise qui s’abandonne avec toi dans les mains miséricordieuses de l’unique sauveur. En le faisant l’Eglise sait et croit que « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul, mais s’il meurt, il donne du fruit (…). Si quelqu’un me sert, mon père l’honorera »

Pour nous qui continuons notre voyage sur cette terre, que le départ du père Arsène, le fils, l’ami, le frère, le confrère, le pasteur devienne un motif supplémentaire pour rechercher davantage les réalités d’en haut. N’oublions pas que notre vie terrestre est un voyage qui devra prendre fin un jour. Il nous faudra retourner à la maison du Père. Sachons lire dans ce départ du frère, une tape amicale du Seigneur sur l’épaule de chacun. Notre Seigneur, dans sa souveraine bonté nous fait une tape amicale, un clin d’œil paternel, pour nous rappeler que notre destination finale, notre ultime but, c’est l’éternité auprès de lui. Préparons –nous à cette rencontre en ne perdant pas de vue que le chemin du retour à la maison de notre Père passe par le cœur de l’autre. Maintenons bien à l’esprit que tout ce que l’on garde pour soi comme tout ce que l’on fait pour soi dans l’unique but de satisfaire ou d’embellir notre ego nous enlise dans le temporel ainsi que dans le précaire et le périssable. « Insensé, cette nuit même on te demande ta vie, et ce que tu as amassé, qui donc l’aura : voilà ce qui arrive  à celui qui amasse un trésor pour lui-même au  lieu de s’enrichir de Dieu », nous prévient les Saintes Ecritures.

En revanche, tout ce que nous aurons cédé de nous pour la vie des autres, de ce que nous sommes et de ce que nous avons-nous fixera à jamais de leurs cœurs ; nous ouvrant ainsi sur l’éternité : « chaque fois que nous l’avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ».

En réalité, la tombe de l’homme ne sera jamais assez grande  pour accueillir ses maisons, ses voitures, son argent ; mais elle restera toujours fertile pour laisser féconder en vie éternelle les semences de vie offerte, de joie partagée, de pardon donné et de paix construite.

En définitive, se préparer à retourner vers le père, c’est faire de son existence, le lieu de la promotion de la vie, la nôtre et celle des autres.

Frère et sœur en Christ, rendons grâce pour la victoire du Christ sur la mort. Pour nous croyants, avec la victoire du ressuscité, la mort n’est pas l’obscurité, c’est tout simplement la lampe qui s’éteint par ce que le jour s’est levé. Que peut bien valoir une vie terrestre aussi lumineuse fût –elle devant la splendeur de la vie éternelle. La vie ici-bas du père Arsène Oddy Oddy a fait simplement allégeance à la vie qui ne finit plus. Bénissons le Seigneur pour le prêtre qu’il nous a donné, il a vécu parmi nous, qu’il entre maintenant dans la joie de son Maître. Prions enfin le Seigneur pour  qu’il éclaire nos cœurs, nos consciences et nos libertés pour que nous soyons capables de répondre favorablement aux appels qu’il nous adresse en nous mettant au service de nos semblables.

Que par la miséricorde de Dieu, le père Arsène Oddy Oddy repose en Paix. AMEN 


Vendredi 5 Août 2022 en la Cathédrale saint Paul du Plateau

Discours UFRACI

Eminence Jean Pierre Cardinal KUTWA, Archevêque Métropolitain d’Abidjan

Excellence Mgr Marie Daniel DADIET

R2V2REND Mgr Jean Baptiste AKWADAN

Nos Révérends Seigneurs Séka Séka Pascal Thaddée et Pierre Claver YESSOH N’Guessan

Révérends Pères, Révérendes sœurs, Révérends Pères

Frères et sœurs en Christ,

Notre peine est générale, mais notre foi en l’espérance de la résurrection est plus forte que notre peine. Fort de cette espérance, l’UFRACI, avec à sa tête l’Aumônier National, le Père Louis Philippe Amako voudrait par ma voix adresser ses sincères et pieuses condoléances à vous Eminence Jean Pierre Cardinal KUTWA, qui en cette année voyez deux de vos prêtres s’en aller auprès de Dieu alors qu’ils étaient plein de vigueur. Eminence, yako, sincères condoléances à vous Mgr Marie Daniel DADIET, vous qui avez eu le Père ODDY ODDY Arsène comme prêtre missionnaire lorsque vous étiez à la tête de l’Archidiocèse de Korhogo

Sincères condoléances au presbyterium d’Abidjan, au clergé ivoirien, à sa promotion 2005, à sa famille biologique, à la paroisse Sainte Trinité d’Akouédo Akyé, à son village Azaguié Blida, à vous tous qui l’avez connu, aimé et cotoyé. Yako à tous. Que Dieu console et réconforte chacun de nous, qu’il nous donne de trouver dans cette eucharistie célébrée avec amour la force de tenir dans cette épreuve.

Que jamais, nous ne cessions de faire monter vers Dieu nos prières pour la vie en Dieu de notre frère, fils et père ODDY ODDY Arsène. Et retenons que tout passe. Mais Dieu seul demeure en son Amour et dans l’amour du prochain. Vivons dans l’humilité, la simplicité, dans l’amour, la vérité et le respect mutuel. Que Dieu soit toujours glorifié en notre vie.

NB : Il est demandé à tous les curés de l’Archidiocèse de faire célébrer trois (3) mois de messe pour la vie en Dieu du Père ODDY ODDY Arsène.

Père Daniel ACAFOU