A la Une

  • LA NOUVELLE GROTTE NOTRE DAME DE LOURDES SANTE DES MALADES DE LA PAROISSE SAINTE CECILE LES VALLONS BENIE LE DIMANCHE 27 NOVEMBRE 2022 PAR LE CARDINAL JEAN-PIERRE KUTWAN

    LA NOUVELLE GROTTE NOTRE DAME DE LOURDES SANTE DES MALADES DE LA PAROISSE SAINTE CECILE LES...

  • LA PAROISSE CHRIST-ROI D'ALÉPÉ A CELEBRE SON JUBILE D'ARGENT (25 ANS)

    LA PAROISSE CHRIST-ROI D'ALÉPÉ A CELEBRE SON JUBILE D'ARGENT (25 ANS)

  • INSTALLATION DU CURE AKELE MAXIME DE LA PAROISSE SAINT PIERRE ET PAUL OGHLWAPO

    INSTALLATION DU CURE AKELE MAXIME DE LA PAROISSE SAINT PIERRE ET PAUL OGHLWAPO

  • LA JOURNEE NATIONALE ‘’JUSTICE, PAIX ET ENVIRONNEMENT 2022

    LA JOURNEE NATIONALE ‘’JUSTICE, PAIX ET ENVIRONNEMENT 2022

CENTENAIRE DE LA PAROISSE SAINTE THERESE DE L’ENFANT JESUS DE AHOUTOUE

L’église sainte Thérèse d’Ahoutoué a célébré le centenaire de son Evangélisation

 Ce dimanche 02 octobre 202, l’église Sainte Thérèse d’Ahoutoué dans le département d’Alépé a célébré le centenaire de son évangélisation. La messe était présidée par son Eminence Jean-Pierre Cardinal KUTWA. Il y avait à ses côtés Mgr Joseph AKE, Archevêque de Gagnoa, les chapelains de sa sainteté : Mgr Jean-Baptiste AKWADAN et Richard ANOU.

De nombreux prêtres ont fait le déplacement. Parmi eux les responsables de la Société des Missions Africaines, les frères Mineurs Capucins et des prêtres de la région, ainsi que des prêtres amis. Les fidèles paroissiens étaient nombreux. Parmi les invités, on notait la présence de l’épouse du Premier Ministre Monsieur Patrick ACHI, le préfet du département d’Alépé et le sous-préfet. Outre le mot de bienvenue du curé en début de célébration, nous avons eu droit à trois allocutions en fin de messe. Il faut rappeler que l’église Sainte Thérèse d’Ahoutoué, à l’occasion de son centenaire d’évangélisation était une église d’indulgence de Février 2022 à octobre 2022.

 

L’autel de l’église portant les reliques de Sainte Thérèse a été consacré par le Cardinal Jean-Pierre KUTWA.

Père Jean-Baptiste DIAHOU


HOMÉLIE DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWÃ ARCHEVÊQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE LA CELEBRATION DU PREMIER CENTENAIRE DE L’EGLISE ET DE LA CONSECRATION DE L’AUTEL DE LA PAROISSE SAINTE THERESE DE L’ENFANT JESUSDE AHOUTOUE 

Dimanche 2 Octobre 2022

Chant : Comment ne pas te louer…

Excellence Mgr Joseph AKE, Archevêque de GAGNOA,
Excellence Mgr Paul DACOURY-TABLEY, Evêque émérite de Grand Bassam,
Monseigneur Jean Baptiste AKWADAN, Prélat de Sa Sainteté, Monseigneur Thierry NIODGO,
Vicaire épiscopal et Curé de la paroisse, Révérends Pères,
Révérendes sœurs,
Chers invités,
Chers frères et sœurs en Christ,

Comment ne pas louer le Seigneur quand nous considérons que ce bâtiment église qui abrite la célébration eucharistique de ce jour est vieux de cent années aujourd’hui ? Comment ne pas Lui rendre grâce, quand on sait que la vie des hommes atteint rarement ce nombre d’années, même pour les plus vigoureux d’entre nous ? Comment ne pas Lui dire toute notre reconnaissance, Lui qui fait de nous les témoins privilégiés d’un tel événement ? Oui, nous avons raison de louer le Seigneur qui a conduit l’histoire de votre église durant toutes ces années ! En effet, qui d’autre que Lui pouvait écrire pareille histoire et la faire arriver où elle est aujourd’hui ?

Le psaume de ce jour a bien raison de donner le ton de cette action de grâce quand il nous invite à venir crier de joie pour le Seigneur, à acclamer notre Rocher, notre Salut en nous invitant à aller jusqu’à Lui en rendant grâce par nos hymnes de fêtes et à l’acclamer. Oui vraiment, le Seigneur fait pour nous des merveilles et sans cesse, nous le chanterons ! Peuple de Dieu venu être témoin des merveilles dont Dieu nous comble, d’un cœur joyeux, rendons Lui grâce pour ses merveilles !

Frères et sœurs,

Si l’action de grâce est un devoir pour tout chrétien, elle ne doit pas nous faire oublier les défis toujours nouveaux qui nous attendent et pour lesquels nous devons nous acquitter avec le plus grand soin. Ces défis sont à notre portée ; mais encore faut-il que nous puissions en discerner les contours.

Le livre d’Habacuc dont nous avons entendu un extrait en première lecture commence par une plainte, un cri adressé à Dieu. On y voit le prophète engager un débat avec Dieu, lui reprochant son silence et son apparente indifférence. Il s’insurge avec fougue et dresse une liste de comportements injustes et demeurés impunis à ses yeux : ‘‘combien de temps, Seigneur, vais-je appeler, sans que tu entendes ? Crier vers toi : « Violence ! », sans que tu sauves ? Pourquoi me fais-tu voir le mal et regarder la misère ? Devant moi, pillage et violence ; dispute et discorde se déchaînent.’’

Ce cri est tout à la fois un cri de détresse et un appel au secours. Mais il est surtout le cri de la détresse suprême, celle où l’homme semble éprouver le silence de Dieu. Un cri toujours d’actualité devant les atrocités de ce monde, la méchanceté gratuite, les guerres et autres calamités où l’on a l’impression que Dieu se complait à voir mourir les innocents ! Finalement, ce cri, c’est l’expression de l’homme qui se permet de demander des comptes à Dieu !

La réponse du Seigneur est éclairante pour nous, pour vous aujourd’hui et indique pour qui sait lire entre les lignes, le défi auquel le peuple est soumis : ‘‘Tu vas mettre par écrit une vision, clairement, sur des tablettes, pour qu’on puisse la lire couramment. Car c’est encore une vision pour le temps fixé ; elle tendra vers son accomplissement, et ne décevra pas. Si elle paraît tarder, attends-la : elle viendra certainement, sans retard.’’

Cette réponse de Dieu qui laisse entrevoir des jours meilleurs ne fait aucun reproche. Elle est en fait une invitation à la foi, car le Seigneur sait récompenser la fidélité des justes ! Avoir la foi, c’est pouvoir s’abandonner totalement entre les mains du Seigneur qui seul peut conduire la destinée de notre barque sur la mer agitée et les vents contraires pour qu’elle ne puisse pas sombrer. Ainsi, voir la foi c’est connaître le Christ, celui qui l’a connu a conscience d’être devenu en lui une créature nouvelle. Il peut et doit alors mettre le Christ au centre de toute sa vie, en fixant son regard sur le monde nouveau qui, un jour, se révèlera en pleine lumière.

C’est au moment de la tempête que Dieu sonde notre foi, qu’Il éprouve la réalité de notre confiance. Il est facile de suivre Jésus dans l’exaltation de participer à un monde nouveau, et quand Il manifeste sa puissance. Mais le Christ a besoin de disciples sur qui Il puisse compter. Il nous veut inébranlables dans la foi et nous éduque pour que nous n’ayons d’autre appui que Lui. C’est à l’heure où Dieu semble dormir et où la tempête est sur le point de nous engloutir, où nous ne pouvons plus rien contrôler, qu’Il attend de nous la foi, qu’Il veut nous enraciner dans la certitude qu’Il tient le monde dans ses mains et que toutes choses Lui sont soumises.

C’est ici que je voudrais dire un sincère et grand merci à deux hommes, poussés certainement par leur foi, et qui ont offert le nouvel autel de cette église : j’ai nommé les chefs N’GBECHE Bruno et AKPI Joseph. Ils montrent ainsi que le cœur de l’Eglise est plus fort que toute autre considération ! Oui vraiment avec la foi, l’on peut tout et de nouvelles perspectives s’ouvrent à vous comme je le souhaite de tout cœur pour votre village ! Que Dieu Lui-même vous rassure de sa présence inlassable, qu’Il soit le rempart de vos vies ! désormais, ne craignez plus aucun mal. Dieu est là qui parle dans le silence et attend que nous fassions acte de foi.

Chant: Il me soutient, il est mon rempart, il conduira toujours mes pas……

Frères et soeurs,

La foi, est une autre vision du possible. Elle fait dépasser les apparences, l’ordre naturel des choses. Elle fait entrevoir une autre efficacité ; elle donne accès à une vie entièrement nouvelle qui est gratuité ! Que cette même gratuité guide vos pas pour continuer de construire votre église et votre village avec courage, foi et abnégation !

Le second défi pour vous aujourd’hui, je l’adosse à la deuxième lecture de ce jour dans laquelle les recommandations qui y sont faites nous concernent tous : ‘‘N’aie donc pas honte de rendre témoignage à notre Seigneur… mais, avec la force de Dieu, prends ta part des souffrances liées à l’annonce de l’Évangile...Tiens-toi au modèle donné par les paroles solides que tu m’as entendu prononcer dans la foi et dans l’amour qui est dans le Christ Jésus. Garde le dépôt de la foi dans toute sa beauté, avec l’aide de l’Esprit Saint qui habite en nous.’’ Nous avons une mission dans le monde de ce temps et nous ne devons pas nous y soustraire !

Ce témoignage, c’est assurément celui de l’unité et de l’amour dont nous devons faire preuve en tant que chrétiens. En effet, ce n’est certainement pas un hasard si la célébration du premier centenaire de votre église intervient au lendemain de la célébration de la Sainte Patronne de votre église, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus ! On peut y voir, pour qui connaît son histoire, comme un signe de Dieu, un signe à comprendre comme une mission pour vous aujourd’hui à vous engager à sa suite, non seulement à trouver votre vocation dans l’Eglise mais à y répondre.

S’adressant à sœur Marie du Sacré Cœur, sœur Thérèse de l’Enfant Jésus avait eu ces mots qu’il me plaît de partager avec vous : ‘‘ … je compris que l’amour seul faisait agir les membres de l’Église, que si l’amour venait à s’éteindre, les apôtres n’annonceraient plus l’Évangile, les martyrs refuseraient de verser leur sang. Je compris que l’amour renfermait toutes les vocations, que l’amour était tout, qu’il embrassait tous les temps et tous les lieux ; en un mot, qu’il était éternel… Oui j’ai trouvé ma place dans l’Église et cette place, ô mon Dieu, c’est vous qui me l’avez donnée. Dans le cœur de l’Église, ma Mère, je serai l’amour ; ainsi je serai tout, ainsi mon rêve sera réalisé.’’ Fin de citation.

Oui, je fais le rêve d’une église d’Ahoutoué où tous vivent en frères et sœurs et laissent échapper le doux parfum de l’amour du Christ ! Je fais le rêve de cette église qui porte le souci de tous et dont le témoignage d’amour gagne les cœurs même les plus endurcis ! Je fais le rêve de voir ce village embrasé par l’amour de Dieu, un amour porté par des chrétiens qui, sentant l’amour de Dieu pour eux, décident de le propager et cela est possible !

Enfin, le troisième défi se trouve dans l’évangile de ce jour dont je voudrais retenir pour vous, la finale : ‘‘de même vous aussi, quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous : nous sommes des serviteurs quelconques : nous n’avons fait que notre devoir.’’

A la vérité, aucun serviteur n’est inutile sinon son maître ne le garderait pas. Vous aussi, vous devrez comprendre que désormais, aucun de vous n’est inutile dans la mission que Dieu vous confie. C’est dans la conjugaison de vos différences que vous parviendrez à réaliser des œuvres grandes et belles. Il vous faut comprendre que Dieu veut nous associer tous à son œuvre en nous demandant d’être seulement ses serviteurs et Lui le responsable ! Et là encore de nouveau, il suffira d’un peu de foi et cela suffira à Dieu pour faire des miracles dans vos vies et dans ce village !

Pour terminer, je voudrais dire un sincère et grand merci à tous les pionniers qui ont ouvert les portes de votre église ! Que par la miséricorde de Dieu, ceux qui nous ont précédés dans la maison du Père reposent en paix ! Que ce même Dieu bénisse les efforts de tous et de chacun ; qu’Il fasse luire pour vous son visage et vous comble bien au-delà de vos attentes et de vos espérances ! Que par l’intercession de Sainte Thérèse, l’amour prenne le dessus sur toute autre considération, aujourd’hui, demain et dans les siècles sans fin.

De tout cœur je vous bénis ! Bonne fête à tous

+ Jean Pierre Cardinal KUTWÃ,

 Archevêque d’Abidjan


Allocution de la PCO du Centenaire de L‘Evangélisation d’AHOUTOUE

‘’Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie, alléluia !’’

Rendez grâce au Seigneur, car il est bon ! Eternel est son amour !

Que le peuple d’Ahoutoué et tout le peuple AKYE le proclament : Eternel est son amour !

Ps 117

Oui, frères et sœurs, ce jour est assurément un jour de joie et aussi un jour de grande Reconnaissance ; un jour d’Action de grâce :

D’abord à l’auteur de ce jour, celui qui est à l’origine de cette liesse populaire, celui qui, voilà cent ans, nous a visités et n’a cessé depuis de déverser sur nous ses grâces à profusion. Lui le Dieu suprême plein d’amour et de bonté à qui vont notre éternelle reconnaissance et notre Action de grâce.

A lui toute gloire aux siècles de siècles, Amen !

Ce jour est un jour de Reconnaissance aussi aux pionniers de cette exaltante mission : les Révérends Pères Emile BONHOMME, Pierre MERAU, Gabriel CHAUVET, Louis BOIRON etc, des Sociétés des Mission Africaines (SMA) et les Révérendes Sœurs AGATH, DYONISIA etc de NDA, envoyés par leur Maitre, le Seigneur Jésus-Christ, avec les recommandations suivantes :

« Allez donc : de toutes les nations, faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit……….. » Mt 28, 19 et ailleurs « Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre » Actes 1, 8.

Les Frères Capucins leur emboiteront le pas dans la même mission avec les Pères LAZZARI, ROTA, et leur compagnons.

Avec les Missionnaires, nous avons bien évidemment un devoir de mémoire et de Reconnaissance envers ceux que nous pouvons appeler aussi dans ce contexte, nos Ancêtres dans la foi, nos parents qui ont, non seulement accueilli les messagers, mais surtout ont fait allégeance à leur mandant, le Seigneur Jésus-Christ.

Ce sont nos premières communautés chrétiennes avec leurs chefs chrétiens et autres catéchistes. Qu’il nous soit permis de citer quelques noms :

-          Le légendaire Denis ASSA et ses successeurs, les sages dignitaires, Anselme ABOEYA, le charismatique Clément ABOKE,  les infatigables : Benjamin MONNEY, Joseph ASSA, Antoine ADON, Norbert AWASSA ; l’emblématique catéchiste Paul KANGBE et autres Ernest AMIAN, Germain ACHI etc.

-          Le très estimé et inamovible président de la chorale Paul OBO et ses compagnons, qui, avec patience se sont essayé aux méandres du chant grégorien.

-          Le généreux Jean Jacques AMIAN.

-          Le Révérend Père Nicolas OBO 1er prêtre de ce village.

-          Nos mères Virginie AGOU CHIDZO, AGUIEYI-NIN, Clémentine ACHIE, Augustine CHIAYE, Odette DAH, Jeannette MONNEY LOYÖ, Marie- Thérèse COUSSÖ etc.

-          Plus près de nous, le dynamique Vice-Président de Conseil Pastoral Paroissial Bernard ABOA Cotchi.

-          A toutes et tous, Consacrés et Laïcs qui  nous ont devancés dans la Maison du Père, notre sincère reconnaissance et notre pieuse pensée. ‘’Bons et fidèles serviteurs, entrez dans la joie de votre Maitre !’’ Mt 25, 21.

Jour de Reconnaissance et de joie que ce jour qui nous offre l’occasion de vous exprimer notre gratitude à vous tous, illustres et anonymes qui nous avez permis de préparer spirituellement, financièrement ou matériellement cet évènement ; à vous qui le rehaussez, ce jour de votre présence.

A cet égard, nous nous tournons en tout premier lieu, avec déférence et émotion vers vous, Père Archevêque, Eminence, vous n’avez pas seulement autorisé la célébration de cet évènement, mais plus, vous l’avez marqué d’un sceau de spiritualité fervente en déclarant notre église, église à Indulgence Plénière ou partielle à la suite du don fait à notre paroisse des reliques de premier et deuxième degrés de notre Sainte Patronne par les sœurs Carmélites de Lisieux.

Vous avez ainsi orienté vers Ahoutoué, des centaines de pèlerins dont l’enthousiasme a quelque peu redynamisé notre foi. Vous avez tenu à suivre et à superviser toutes les étapes des préparatifs. Vos conseils avisés ne nous ont pas fait défaut et c’est tout naturellement à vous que revient le succès de cette célébration, vous le maître d’œuvre de toute l’organisation.

Merci Eminence NANSIN ! NANSI !

A présent, en votre nom, Eminence, au nom de la Communauté Chrétienne et de toute la population d’Ahoutoué avec son chef HOBI NCHO Aboéya Léon, je voudrais traduire toute notre gratitude à son Excellence Monseigneur Joseph AKE archevêque métropolitain de Gagnoa, fils aussi de cette région. Monseigneur NANSIN ! Nous gardons en mémoire que c’est vous, alors évêque auxiliaire d’Abidjan qui avez proposé l’érection de l’église de ce village en paroisse. NANSI ! NANSI ! Bou Béya !

-          Nous nous tournons vers vous Madame l’épouse du Premier Ministre avec respect et déférence pour vous dire au nom de son Eminence, en celui de toute la communauté chrétienne catholique et du village d’Ahoutoué, au nom de son chef HOBI NCHO Aboéya Léon, toute notre joie et le grand honneur que nous ressentons de vous compter parmi nous. En outre Madame toute la communauté catholique avec à sa tête son curé vous remercie pour votre don qui a permis d’installer tous ces ventilateurs dans l’église et de consolider l’électrification de celle-ci. Merci, NANSI ! NANSI !

-          A vous tous et toutes, autorités politiques, judiciaires, administratives, religieuses et coutumières, en vos rangs, grades et qualités, tous protocoles confondus ;

-          Monsieur le Président du Conseil Economique, Merci pour la simplicité et la discrétion avec laquelle vous avez accepté de venir à Ahoutouté rendre grâce à  Dieu à nos côtés 

-          Monsieur le Ministre, merci pour votre présence parmi nous, en ce jour d’action de grâce à Dieu.

-          A vous, frères et sœurs venus de tous les horizons pour partager notre joie ; permettez un clin d’œil aux Pères des SMA ici présents et aux Frères Mineurs Capucins dont nous nous félicitons de compter parmi nous, ce matin un des dinosaures encore présent chez nous en Côte d’Ivoire en la personne du Révérend Père OLIVIER.

-          A Vous Révérendes Sœurs de la Congrégation NDA, qui avez accompagné les Révérends Pères des Sociétés des Missions Africaines et qui avez, au travers des centres de santé créés par vous avez sauvé des milliers de vies humaines.

-          A vous tous, clergé local avec Monseigneurs les Vicaires généraux ; Monseigneurs les Chapelains, les différents curés qui se sont succédés à la tête de cette paroisse Sainte Thérèse d’AHOUTOUE : les Pères Léonce O. BALLET, Jean-Yves BOSSI, Clément ABIEDOUM, Olivier Pacôme AKOUN, Thierry NIODGO et leurs vicaires, leurs séminaristes stagiaires ; nous avons une pensée pieuse pour le stagiaire MEL Mélèdje Melchior Melchisedeck…brutalement arraché à notre affection.

-          A la fraternité des Consacrés AKYES.

-          A vous les Consacrés de ce village d’Ahoutoué avec votre doyen le Révérend Père Siméon ATSAIN,

-          A vous Révérendes Sœurs de la Congrégation des Sœurs de Notre Dame de l’Incarnation (NDI) qui accompagnez cette paroisse depuis sa création ;

-          Et vous, Révérendes Sœurs de la Congrégation des Sœurs Dorothée qui vous détruisez la santé à restaurer cette des autres dans vos différents centres médicaux d’Alépé.

-          A vous tous les frères et sœurs des autres confessions religieuses du village : Harristes (avec son leader Papa Francis) ; Méthodistes, Musulmans etc.

-          A vous tous, donateurs connus ou anonymes, dont les apports en espèces comme en nature nous ont permis d’achever les travaux de l’église et l’organisation de cette fête.

Permettez-nous de citer bien qu’il soit farouchement opposé, le Professeur NCHO O. Charles pour son inestimable contribution.

Monsieur SIDIBE pour sa contribution en infrastructures adéquates pour recevoir nos invités.

-          A vous toutes, vaillante population d’Ahoutoué et singulièrement les fidèles chrétiens catholiques, dans vos différentes composantes : hommes, femmes dont celles que nous appelons affectueusement les’’ Amazones bâtisseuses’’ 1ère génération avec les ABOKE Chiani Annette, NIANGO DAH Odette, CHIENIN Suzanne, YOMIN Yvonne, Cécile CHIABOA etc. dont la construction par elles, du presbytère, a permis l’érection d’Ahoutoué en paroisse.

-          La 2e génération ‘’d’Amazone bâtisseuses’’ que sont les dames OGUIE Logbochi Claire, NIANGO Yvonne, GOZE Clarisse, ASSI ABOKE Louise, SIKA Amon Joséphine, DANHO Michelle, ABOA Géneviève, AMBEMIN Anne, KEKE Léontine, votre servante etc., dont le principal objectif était l’achèvement de la construction de l’embellissement de cette église.

-          A vous tous et toutes, actuels chefs chrétiens et vice-présidents de conseil pastoral paroissial, à savoir CHIAPI Thérèse, OSSAGUI Alain, AGUIO Henriette, ASSA Antoine etc.

-          A vous toutes et tous chers choristes venus d’Adzopé et la fusion des chorales d’Ahoutoué et de LAME avec vos Maestri dont le chef d’orchestre Maestro ABOA Barthélémy, qui avez bien aimablement accepté de suppléer les Maestri ABOKE Eugène, ABOKE Damase et Paulin AHOUNDJO empêchés.

-          A vous tous, hommes et femmes des médias qui avez accompagné les différentes étapes et fait l’écho de cette commémoration :

-          RTI 1 (jour du Seigneur)

-          Radio Espoir

-          Radio Catholique

Sans oublier le  groupe ‘’ADORATION Matinale ‘’ pour ses écrans géants qui ont permis au peuple de Dieu resté dehors de suivre cette célébration.

-          A vous médecins du SAMU, dont la seule présence nous rassure.

-          A vous toutes et tous, membres du comité d’organisation, avec à notre tête notre, certes jeune mais sage Curé, le Révérend Père Thierry NIODGO et son vicaire, Père Jean-Marc DOLO et votre servante, vous tous, dynamiques présidents et membres des commissions de travail.

-          A vous toutes et tous, notre infinie reconnaissance ! et que Dieu Tout-Puissant qui voit ce que vous faites ou donnez, même dans le secret, par l’intercession de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, vous bénisse abondamment !

A Lui : gloire, honneur, puissance et notre reconnaissance, pour les siècles des siècles !

 

  Maria NIANGO ABOKE

 Magistrat à la retraite Présidente

de l’Union des Femmes Catholique d’AHOUTOUE

Présidente du Comité d’Organisation

du Centenaire de l’Evangélisation d’AHOUTOUE


Mot du vice-président du conseil pastoral paroissial

Monsieur Antoine ASSA

-Eminence Jean-Pierre Cardinal KUTWA, Archevêque Métropolitain d’Abidjan,

-Excellence Monseigneur Joseph AKE, Archevêque Métropolitain de Gagnoa,

-Nos Seigneurs les Chapelains de sa Sainteté le Pape François

Le Samedi 18 décembre 2021, Eminence, vous avez autorisé l’ouverture officielle des préparatifs de la célébration du centenaire d’évangélisation du village d’AHOUTOUE.

Le temps qui nous a été imparti pour ces préparatifs a été mis à profit et aujourd’hui, dimanche 2 octobre 2022, est un grand jour pour notre paroisse, les chapelles qui lui sont rattachées, le chef du village, sa notabilité et au-delà, toutes les autres confessions religieuses qui se sont jointes à nous. C’est un œcuménisme à minima au plan des entités qui y ont contribué, mais grand de par la profondeur des attentes de ceux qui y sont associés.

Nous avions souligné, lors de l’ouverture des festivités, les difficultés qu’ont rencontrées les Pères de la Société des Missions Africaines (SMA) dans leurs tentatives d’annoncer la bonne nouvelle ici à Ahoutoué.

Nous ne retenons, à ce jour, que le rôle éminemment positif et important qu’ils ont eu à jouer dans l’évangélisation de tout le pays Attié, de Memni à Adzopé en passant par Anyama.

Merci à la Société des Missions Africaines, (SMA), merci aux capucins.

Merci aux religieuses Carmel de Lisieux qui nous fait parvenir la relique de 1er degré de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, sainte patronne de notre paroisse. Avec cette relique, vous consacrez, Eminence, et l’autel et les murs de l’Eglise en la célébration de ce jour.

Le passage des guides de la Société des Missions Africaines (SMA) a permis à Ahoutoué, de compter au nombre de ses fils et filles trois (3) religieuses et dix (10) prêtres de Jésus Christ.

Le onzième prêtre a reçu la charge Diaconale en Juillet dernier. Après lui, nous avons un grand séminariste à ABADJIN KOUTE.

Prions pour tous les consacrés et pour de nouvelles vocations afin que la chaîne ne s’interrompe pas.

C’est le lieu de remercier tous ceux qui ont tenu des postes de responsabilités à divers niveaux, et qui ont ainsi pris chacun une part active dans la vie de la paroisse.

AHOUTOUE compte aussi au nombre de ses fils, deux grands compositeurs de chants religieux que nous ne pouvons pas ne pas citer : ce sont les frères ABOKE : Eugène et son petit frère Damase.

Eminence, nosseigneurs Archevêques et Evêques, continuez de prier pour AHOUTOUE, le pays Attié, l’Eglise de Côte d’Ivoire et l’Eglise universelle.

Dans la vie des hommes, il y a ce qui donne la joie de vivre, mais ce qui nous donne du chagrin. Permettez donc, Eminence, nosseigneurs Archevêques et Evêques, qu’à travers les noms de feux l’Abbé Nicolas OBO, premier prêtre de ce village ordonné en 1959, les Patriarches Denis ASSA (Chef chrétien), Paul KANGBE (catéchiste) et plus près de nous ABOA COTCHI Bernard (qui fut premier président du Conseil pastoral paroissial), nous fassions un clin d’œil à tous les hommes et femmes, jeunes et vieux, qui avaient souhaité être de la célébration de ce jour, mais que hélas, le Seigneur a rappelé auprès de Lui.

Que de là-haut, ils prient pour nous tous.

Ils nous ont légué un héritage que nous allons essayer de perpétuer avec la grâce de Dieu.

Eminence, si nous en sommes aujourd’hui à ce stade que je dirais dans la vie de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus d’AHOUTOUE, nous le devons à tous les prêtres que l’Eglise nous a envoyés comme guides.

Permettez que nous leur traduisions ici, par ma modeste voix, toute notre gratitude pour le travail qu’ils ont abattu. Merci à tous les curés, vicaires, stagiaires, religieux, religieuses, et à nos voisines les sœurs de Notre Dame de l’Incarnation (NDI) et particulièrement au Révérend Père Léonce OGOA BALLET, premier curé qui a dirigé cette paroisse pendant neuf (9ans), au Révérend Père Pacôme Olivier AKOUN qui a été curé 7 ans et qui a passé le témoin au Révérend Père Thierry NIODGO, que dis-je, à Monseigneur Thierry NIODGO, car vous l’avez élevé au rang de Vicaire Episcopal, lui le concepteur, l’architecte de tout ce que nous avons pu faire comme travaux pour en arriver à la célébration de ce jour. Merci de nous les avoir donnés comme pasteurs, et surtout, mention spéciale à Monseigneur Thierry. Il nous a guidés, fait partager ses points de vue, sa vision de ce qu’il faut faire, tant avec les femmes dirigées par Madame NIANGO ABOKE Maria, qu’avec nous les hommes. Félicitations dans l’équipe des hommes à Messieurs APOUTHE APKI Joseph, HOGUIE Charles, ASSA Arthur et AKOBE Prosper. A travers l’équipe des femmes et celle des hommes cités, l’hommage est rendu à toutes les femmes et tous les hommes du village.

Merci à tous ceux qui sont venus en pèlerinage ici à AHOUTOUE. Mention spéciale à Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Marcory et au premier groupe de pèlerins venus Samedi dernier 24 septembre 2022 avec lesquels nous avons prié.

A vous nos Archevêques, Evêques en fonction ou Emérites : nous vous disons merci pour tout ce que vous avez fait pour l’Eglise, ce que vous faites, et ce que vous ferez par vos conseils avisés pour aider les curés à mener à bien les missions que vous leur confiez.

Merci à vous Monseigneur Joseph AKE YAPO, Archevêque métropolitain de Gagnoa, qui connaissez dans les moindres détails, la vie de cette paroisse qu’est Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus d’AHOUTOUE.

Eminence, merci pour votre implication personnelle et l’intérêt manifeste qui est le vôtre puisqu’à tout moment, chaque semaine, chaque mois, depuis l’ouverture des préparatifs de la célébration de ce jour, vous vous faisiez donner la situation sur l’avancement des travaux.

Merci à tous et que la fête soit belle.


 

 DISCOURS DU PERE OLIVIER AU NOM DES FRERES MINEURS CAPUCINS

Eminence Cardinal Jean-Pierre KUTWA, Archevêque Métropolitain d’Abidjan,

Excellence Mgr Joseph AKE, Archevêque de Gagnoa,

Chers consacrés, religieux et religieuses,

Chers Pères dans le Sacerdoce,

Chers fidèles de la Paroisse Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Ahoutoué et ceux venus d’ailleurs…

Avec vous tous, nous les Frères Mineurs Capucins, ayant en tête Fr. Serge OLLO Okpo, notre Supérieur Régulier, nous rendons grâce au Seigneur pour tout ce qu’il accomplit depuis toujours, pour étendre son Royaume de paix et de justice, de fraternité…aussi à travers nous tous, à travers chacun de nous…

Je remercie le Seigneur (avec mes jeunes frères capucins qui sont là aujourd’hui) au nom de nos frères qui ont œuvré / travaillé avec ardeur et passion en communion avec cette communauté d’Ahoutoué qui, à notre époque, de 1977 à 1991, était l’une des 23 communautés chrétiennes villageoises qui constituaient l’ancienne paroisse de Memni. Cette paroisse de Memni en ce moment-là s’étendait (dans le sens géographique Ouest-Est) de la Mé jusqu’à Alomo 1 et 2 et Koutoukro 1 et 2 où nous arrivions en remontant la Comoé pendant deux heures de pirogue. Ces 2 derniers villages sont maintenant dans le Diocèse de Grand-Bassam. Dans presque toutes les communautés, avec nos frères aînés déjà bien expérimentés (je pense au Père Lassari, Père Marcel ROTA et Père Romèdio qui sont au paradis et Père Giuseppe…et d’autres) nous avons pu commencer et surtout achevé avec le concours des fidèles, les églises en briques…héritées des Pères des Missions Africaines, notamment le Père Louis Baoiron et le Père Margeri…eux aussi auprès du Père au ciel ! Pendant ces 14 ans vécus dans les différentes communautés de la paroisse de Memni, nous avons été toujours habités d’un profond zèle pastoral pour la formation chrétienne des catéchumènes, des couples et des familles grâce à l’AFC, des jeunes par le biais de leurs mouvements. La formation de nos vaillants catéchistes qui avaient à cœur la vie spirituelle des fidèles de leurs communautés respectives…

Quand je parle de la communauté chrétienne d’Ahoutoué, une pensée, ma mémoire va de suite s’éclairer…et illuminer des visages en particulier…que vous permettez de citer :

-les abbés Père Nicolas OBO, paix à son âme et Père Siméon Atsain (Père Siméon est venu plusieurs fois animer les récollections des temps forts liturgiques que nous organisions au niveau des trois grandes zones de la paroisse avec d’autres abbés attiés, eux aussi déjà au ciel, l’Abbé Michel Atsain et l’Abbé Camille Mansan…paix à leur âme !

-Le catéchiste, j’ose dire et permettez-moi de le dire, le « saint catéchiste » Paul KANGBE : un homme tout animé d’une grande et solide foi en Dieu qui lui permettait de se dévouer en plein temps aux affaires de l’Eglise sans négliger celle de sa propre famille !

-Monsieur Raphaël, chef chrétien toujours optimiste…très attentif à sa communauté, aux malades, aux personnes âgées…

Monsieur Jacques, membres très fidèle du Conseil Paroissial de Memni toujours présent et ponctuel, très calme…chaque fois qu’il était sollicité…

-Le couple Assalé Philibert et Christiane, instituteur et institutrice, tous deux très engagés au Conseil Paroissial et dans la formation des jeunes couples au sacrement du mariage

-et enfin les frères Aboké Damase et Eugène bien motivés pour les chants sacrés avec d’autres maîtres de chœur, ils ont mis sur pied la chorale Père Chauvet et aussi la chorale paroissiale Père Pierre Méraud…dont des chants font partie du répertoire des chants de notre Eglise actuellement…

Beaucoup d’autres fidèles sœurs et frères ont contribué à faire grandir cette communauté d’Ahoutoué qui, depuis des années, mérite d’être érigée en paroisse.

Nous nous réjouissons avec vous, chers fidèles, pour avoir continué à travailler après nous…quand la mission de l’Eglise nous demandé d’aller ailleurs…Merci au Père Curé, l’Abbé Thierry NIOGBO et à son vicaire ainsi qu’à nous tous collaborateurs pour cette fête d’action de grâce à Dieu notre Seigneur : il continue de vous combler de ses bénédictions par l’intercession de la Vierge Marie et de notre sainte protectrice la petite (mais grande !!!) Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte face.

AMEN !