A la Une

  • Le Pape exhorte l'Eglise de la Côte d’Ivoire à prendre sa part de souffrance dans l'annonce de l'Évangile

    Le Pape exhorte l'Eglise de la Côte d’Ivoire à prendre sa part de souffrance dans l'annonce de...

  • RETRAITE SPIRITUELLE DE RENTREE PASTORALE 2023/2024 DES PRETRES AU CENTRE SAINTE THERESE DE BINGERVILLE

    RETRAITE SPIRITUELLE DE RENTREE PASTORALE 2023/2024 DES PRETRES AU CENTRE SAINTE THERESE DE...

  • NOTRE-DAME DE L'INCARNATION ABIDJAN RIVIERA PALMERAIE : MESSE DE FIN DE MISSION DU PÈRE DIMITRI ASSAMOI ET AU REVOIR DES PÈRES TOURÉ CATYNAN ARMAND ET SERGE DENAN

    NOTRE-DAME DE L'INCARNATION ABIDJAN RIVIERA PALMERAIE : MESSE DE FIN DE MISSION DU PÈRE DIMITRI...

  • CONSECRATION DE L’EGLISE SAINTE MONIQUE DU PLATEAU DOKUI

    CONSECRATION DE L’EGLISE SAINTE MONIQUE DU PLATEAU DOKUI

MESSE D’OUVERTURE OFFICIELLE DU CINQUANTENAIRE DE LA PAROISSE NOTRE DAME D’AFRIQUE DE BIETRY –ABIDJAN

Ce dimanche 30 Avril 2023 a eu lieu la Messe d’Ouverture du Cinquantenaire de la paroisse Notre Dame d’Afrique de Biétry. Pour l’occasion, l’église était devenue trop petite.

Le révérend père Henri- Christian NDIMON présidait la messe. Madame  Colette LOKROU,  1ère Vice-présidente du Conseil Pastoral Paroissial a dit le mot de bienvenue.

Le père Charles KOFFI, curé de la paroisse a prononcé l’homélie et dit le mot de fin.

 Outre les fidèles de la paroisse, l’on comptait au nombre des invités Mrs ABY Raoul, député maire de la commune et M. HELMS député de ladite commune.

Le père curé avait à ses côtés quelques amis de promotion qui fêtent cette année leurs vingt-cinq ans de vie sacerdotale. 

Père Jean-Baptiste DIAHOU


Bonjours à tous

Ce matin, nous allons prendre le slogan de notre paroisse

Tous unis

Tous engagés

Tous au Ciel

-          Monseigneur Henri N’DIMON, vicaire épiscopale, représentant son Eminence, Jean-Pierre Cardinal KUTWA,

-          Monsieur ABY Raoul, maire de la commune de Macory, président de la cérémonie,

-          Monsieur Heilms François député de la commune de marcory

-          Madame KOUADIO Evelyne, représentant, Madame AMOIKON Marie Agathe, directrice générale des éditeurs Eburnie, marraine de la cérémonie

-          Révérend père TEBY Louis Bernard, président de l’UFRACI

-          Révérend Père Noël Dominique KOUA, supérieur provincial des Frères Marianistes,

-          Révérends Pères Jubilaires (25 ans de sacerdoce)

-          Révérends Pères,

-          Révérendes Sœurs

-          Chers frères et sœurs en Christ et en humanité,

Le Conseil Pastoral Paroissial, avec à sa tête le père Curé Charles KOFFI, par ma voix, vous salue en grâce et en bénédiction et vous souhaite le traditionnel AKWABA, surtout aux autorités coutumières, administratives et politiques ici présentes.

La nouvelle, ce matin est bonne et même très bonne.

Nous rendons grâce à Dieu ce jour pour deux évènements majeurs :

Ce dimanche, 30 avril, jour solennel de notre fête patronale, marque les 49 ans d’existence de notre paroisse.

Ce dimanche 30 avril 2023, nous célébrons l’ouverture des festivités du cinquantenaire du jubilé d’or, de la paroisse qui aura lieu, en 2024 avec pour thèmes : une église, une histoire, et un avenir.

En effet, face à l’urbanisation de ce quartier de Biétry, devant les défis nouveaux de l’évangélisation, alors mème que le collège Notre Dame d’Afrique confié aux frères Marianistes commençait à écrire ses lettres de noblesse, l’esprit a mis au cœur de certains chrétiens laïcs dont nous faisons mémoire aujourd’hui et je cite

-          Monsieur Amichia Joseph décédé le 28 mars 2018

-          Monsieur Allou Bright décédé le 30 avril 2018

Ceux-ci ont osé proposer la création de cette paroisse.

Ayant accédé à la demande, en créant la paroisse Notre Dame d’Afrique, placée sous le patronage de la Vierge Marie, Notre Dame d’Afrique, Paix. Son Eminence, Monseigneur Bernard Cardinal YAGO de vénéré Mémoire, en 1974.

Celle-ci a été confiée aux Marianistes puis au Diocèse d’Abidjan. C’est donc, aujourd’hui pour nous, de jeter un regard rétrospectif du long parcours effectué par l’évolution et la croissance de la paroisse.

Tout au long de la croissance de notre paroisse Notre Dame d’Afrique, tant de bâtisseurs au nombre de 7 se sont succédés selon leur charisme propre, pour la construire humainement, spirituellement et sur le plan pastoral.

Le patriarche le Père Robert ALMERAS de 1974 à 1982 a été le Curé fondateur avec son zèle apostolique et sa proximité avec ses fidèles pendant 8 ans.  Actuellement en Alsace, en France, dans la communauté Saint Hyppolyte.

Le Père Marcel BOOISSELIER de 1982 à 1996 qui, pendant 14 ans, a su donner à la paroisse l’esprit de famille et d’unité à travers son courage, dans l’apostolat.

Le Père Marcel a été rappelé à Dieu le 4 avril 2022.

Le Père KOUADIO Marcellin de 1996 à 2001, qui apporta pendant 5 ans, le changement pour que notre paroisse prenne conscience de son autonomie paroissiale. En étant le trait d’union entre l’esprit de la communauté religieuse des marianistes et l’esprit du diocèse. Ce fut aussi la naissance d’une spiritualité forte au sein de la communauté pour répondre à notre véritable vocation mariale. Il est aujourd’hui aumônier du corps médical avec résidence officielle à la chapelle Sacré-Cœur de Treichville.

Le Père Emmanuel ZABSONRE de 2001 à 2007 a su quant à lui montrer pendant 6 ans la voie de la vocation sacerdotale aux jeunes. Actuellement curé de la paroisse Saint Joseph d’Abobo.

Le Père Pascal SEKA, le Père choco le planificateur de 2007 à 2012 qui, pendant 5 ans a apporté une réorganisation dans la structure de la paroisse grâce à son sens d’ouverture. Actuellement curé de la paroisse Sainte Bernadette de Marcory.

Le Père André Aimé Benoît MOBIO le papi de 2012 à 2017, notre papi qui nous a inculqué l’esprit de la famille africaine pendant 5 ans. Il est aujourd’hui curé de la paroisse Saint Augustin d’Abobo-té.

Et enfin le Père Charles KOFFI le rénovateur de 2017 à ce jour, qui apporte un sens nouveau et moderne à notre paroisse avec plusieurs cordes à son arc !

Nous n’oublierons pas d’avoir une pensée pieuse pour tous nos pionniers et nos frères et sœurs qui nous ont quitté et qu’ils reposent en paix.

Enfin, aujourd’hui nous arrivons au dernier défi suivant le plan quinquennal établi par le Père Curé Charles KOFFI et son conseil, dès son arrivée en 2017. Ce dernier défi est la rénovation de l’église en cours, comme vous le constatez vous-mêmes. Nous ne cesserons, Père Curé Charles KOFFI, affectueusement appelé Charly de vous dire sincèrement merci pour cette bataille pour tout ce que vous avez fait, pour ce que vous faite et pour tout ce que vous continuerez de faire malgré tout pour cette paroisse et ceci mérite des applaudissements pour notre reconnaissance envers vous.

Bonne Célébration Eucharistique à tous et à chacun.

               Je vous remercie !

 Madame  Colette LOKROU,  1ère Vice-présidente du Conseil Pastoral Paroissial


   HOMELIE

 Frères et sœurs,

Traditionnellement, le 4ème dimanche de Pâques est celui des vocations ; durant longtemps, il fut surtout celui des vocations presbytérales et religieuses. Aujourd’hui, on préfère souligner que chacun est appelé et doit pouvoir répondre à sa propre vocation.

Les textes nous présentent Jésus comme le portier qui ouvre la porte aux brebis qui écoutent sa voix. Les brebis sortent à sa suite, tant est si bien qu’il est en même temps le portier et la porte. C’est lui qui peut assurer les allées et venues, mais attention à veiller passer par la porte et non à vouloir escalader par un autre endroit.

 Le berger appelle ses brebis chacune par son nom. Les baptisés ont des formes différentes de vie, des vocations différentes à la suite du Christ. Vatican II a mis fin à une définition les laïcs par un manque « ceux qui ne sont ni religieux ni prêtres », et nous donne une définition positive fondée sur le baptême. Tous, dans la variété des vocations, sont appelés à la sainteté (cf. Lumen Gentium chapitre 5 n°39 : « Voilà pourquoi tous les membres de l’Eglise, tant ceux qui appartiennent à hiérarchie que ceux qui sont dirigés par elle, sont appelées à la sainteté, selon l’expression de l’Apôtre : ‘’La volonté de Dieu c’est votre sanctification’’ (1Th 4,3 ; Ep 1,4). Cette sainteté de l’Eglise se manifeste constamment et doit se manifester par les richesses de la grâce que l’Esprit-Saint produit chez les fidèles ; elle s’exprime différemment en chacun de ceux qui, dans la conduite de leur vie, parviennent, en édifiant le prochain, à la perfection de la charité ; elle apparaît en quelque sorte proprement dans la pratique des conseils qu’on appelle d’ordinaire ‘’évangéliques ‘’. Cette pratique des conseils, embrassée par beaucoup de chrétiens sous l’impulsion du Saint-Esprit…porte et doit porter dans le monde un témoignage remarquable et un éclatant exemple de cette sainteté ». Le Pape François reprend cela en d’autres termes en parlant de disciples missionnaires.

« Sous le nom de laïcs, on entend ici l’ensemble des chrétiens qui ne sont pas membres de l’Ordre sacré et de l’état religieux sanctionné dans l’Eglise, c’est -à-dire les chrétiens qui, étant incorporés au Christ par le baptême, intégrés au peuple de Dieu, faits participants à leur manière de la fonction sacerdotales, prophétique et royale du Christ, exercent pour leur part, dans l’Eglise et dans le monde, la mission qui est celle de tout le peuple chrétien. » (1964 Lumen Gentium 31)

« En vertu du Baptême reçu, chaque membre du Peuple de Dieu est devenu disciple missionnaire (cf. Mt 28, 19). Chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l’Eglise et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation, et il serait inadéquat de penser à un schéma d’évangélisation utilisé pour des acteurs qualifiés, où le reste du peuple fidèle serait seulement destiné à bénéficier de leurs actions. » La joie de l’Evangile n° 20.

C’est le rapport à la vérité qui est ici en eu, celle dont les pasteurs, les responsables de communauté ont désormais la charge et qui, à la suite de Jésus, doivent permettre à chacun d’inventer son chemin. Car chacun est appelé, un appel qui fait exister, reconnaissant chacun tel qu’il est.

Déjà la première lecture nous met que le chemin à travers la question à laquelle Pierre doit répondre : « Que devons-nous faire ? » A la réflexion, trois choses : se convertir, être baptisé, et recevoir l’Esprit. Et que certains d’entre nous deviennent de véritables pasteurs au service des brebis qui en ont besoin. Juste après le discours de Pierre le jour le la Pentecôte (cf. première lecture de dimanche dernier), les auditeurs saisis par la force de ces paroles demandent ce qu’ils doivent faire. Pareillement, aujourd’hui, ceux qui entendent le message de l’Evangile, la bonne nouvelle des merveilles de Dieu, que doivent-ils faire ?

Frères et sœurs. Que devons-nous faire encore aujourd’hui, après que dans cette paroisse, il y a presque 50 ans, des missionnaires nous ont porté l’évangile. Je voudrais, avec vous d’abord rendre grâce à Dieu pour ce temps de vie, de partage et de foi que nous vivons ce matin ensemble ; un temps qui ouvre pour nous et pour notre paroisse une année d’espérance forte.

Oui, frères et sœurs, nous devons d’abord ensemble rendre grâce à Dieu parce que le grain qui a été semé par les marianistes en cette terre de Bietry a poussé, a grandi, a donné des fruits, et des fruits en abondance : des prêtres et religieuses, des laïcs engagés, des hommes et des femmes qui sont fiers de témoigner aujourd’hui encore de la qualité de l’éducation reçue et qui occupent de hauts postes de responsabilité dans la société.

Je voudrais avant tout rendre un vibrant hommage à mes prédécesseurs, les pères Robert ALMERAS, Marcel BOISSELIER (de vénérée mémoire), Marcellin KOUADIO, Emmanuel ZAMBSORE, Pascal SEKA, et André MOBIO, qui chacun avec le charisme qui lui est propre, ont écrit avec les différents conseils pastoraux paroissiaux et leurs présidents, l’histoire tissée d’amour, d’engagement, de foi, de charité et d’espérance cette paroisse ouverte à toutes les cultures d’ici et d’ailleurs. Une histoire tout aussi belle que difficile portée dans un premier temps par nos frères marianistes, les sœurs de la congrégation Notre Dame des Apôtres, et tous ces fidèles nourris au même Corps du Christ et au même Esprit du Baptême reçu dans la foi. Oui honneur à vous qui avez construit cette paroisse de la sueur de vos fronts et de vos poches. Paix éternelle à vous qui êtes déjà partis pour le repos éternel.

Et maintenant, il me plait, frères et sœurs, de me tourner vers vous, pour vous dire merci d’être là dans cette belle aventure de foi et de croire avec nous en l’avenir de cette paroisse emblématique. Cette année doit être l’année où s’amorce vraiment ici et maintenant la nouvelle évangélisation pour les hommes de notre temps et pour les générations futures. En effet, l’année jubilaire qui s’ouvre aujourd’hui nous invite à croire en tous les possibles et spécialement en notre capacité à relever les défis qui s’imposent à notre conscience chrétienne. C’est pourquoi nous devons réfléchir alors même que les changements autour de nous sont palpables avec ses immeubles qui poussent de partout, rendant inaccessible le loyer au citoyen lambda ; alors même que la plupart des paroissiens viennent de très loin et que les groupes, associations, mouvements et chorales se dégarnissent ; alors même que les pionniers sont tous partis ou presque et que leurs enfants ont construit leur vie ailleurs hors du pays ou dans d’autre quartiers. Que devons-nous faire pour continuer à annoncer l’évangile dans ce quartier ?

Frères et sœurs, il nous faudra un peu plus de solidarité et d’engagement à la fois humain, spirituel et financier mais aussi moral et psychologique pour relever les défis nouveaux qui s’imposent à nous : le premier de ceux-ci est bien sûr la rénovation de notre église paroissiale, qui a bien besoin d’un coup de balai et de rafraichissement mais aussi d’une certaine adaptation aux exigences de notre époque sans remettre en cause les fondements architecturaux de ce patrimoine historique. L’autre défi reste de loin la conversion des cœurs pour les rapprocher un peu plus de Dieu et les uns les autres dans un échange culturel, social, économique et politique. Et justement parlant le politique, notre pastoral social doit s’inventer au milieu des changements de ce temps et surtout en cette année électorale. L’évangile auquel nous croyons est un évangile non pas de prospérité mais d’amour, de respect et de paix. Nous devons tout mettre en œuvre malgré nos différences ethnique, sociales et politiques pour travailler à préserver ce climat de paix dans notre paroisse, dans nos quartiers et dans nos familles.

Je ne saurais terminer sans prendre en compte la dimension synodale de la nouvelle évangélisation qui nous pousse vers les périphéries et vers les cercles fermés pour leur proposer le même Christ, dans un langage plus adapté et plus ouvert. Le cardinal Marc OUELLET, face aux prêtres, consacrés et laïcs, lors de son intervention sur les fruits du symposium pour une théologie fondamentale du sacerdoce, organisé en février 2022 au Vatican, disait et je cite : « le changement d’époque que nous vivons à l’aune de la globalisation et de la révolution digitale nous oblige à un changement de méthode pour s’adresser aux hommes et aux femmes d’aujourd’hui ».

Mais cela passe forcément par un changement de mentalité. Le temps où tous recevaient tout de quelques-uns et révolu. Maintenant c’est le temps où tous doivent tout donner pour la mission avec un esprit mins grincheux mais plus ouvert à la communion et au partage ; avec un cœur moins fermé au autres mais plus ouvert à la joie à la fraternité.

Voilà, en résumé ce que nous devons faire aujourd’hui, pour que notre baptême ne reste pas sans effet. Prions avec la Vierge Marie, notre mère pour qu’elle nous accompagne patiemment sur le chemin jubilaire, sur ce chemin synodal.

                                Amen !

Le père Charles KOFFI, curé de la paroisse


 

MOT DE REMERCIEMENT

-          Monseigneur Henri NDIMON, vicaire Episcopal, représentant son Eminence Jean-Pierre Cardinal KUTWA

-          Monsieur ABY Raoul, maire de la commune de Marcory, président de la cérémonie

-          Madame KOIDIO Evelyne, représentante Madame AMOIKON Marie-Agathe, DG des Editions Eburnie, marraine de la cérémonie

-          Monsieur Heilms François, député de la commune de Marcory

-          Révérend Père Noël Dominique KOUAO, supérieur provincial des frères marianistes,

-          Révérend père TEBY Louis Bernard, président de l’UFRACI, Union Fraternelle du Clergé Ivoirien

-          Révérends pères jubilaires (25 ans), Honoré, Rémi, Hilaire, Emile,

-          Révérends frères, révérendes sœurs,

-          Frères et sœurs dans le Christ,

Au terme de cette belle célébration eucharistique, c’est avec beaucoup d’émotion que je puis ici prendre la parole au nom du comité d’Organisation pour dire toute la fierté et la joie qui m’animent en ce jour de la fête patronale et de l’ouverture officielle des festivités du jubilé d’or de la paroisse Notre Dame d’Afrique.

Je voudrais vous adresser à tous mes remerciements pour votre présence abondante et joyeuse en ce jour pour nous accompagner dans cette joie jubilaire. A  vous d’abord, Révérend Père Henri N’DIMON, pour votre disponibilité et votre spontanéité. A vous Monsieur le Maire ABY Raoul, merci pour votre proximité toujours renouvelée chaque fois que nous vous sollicitons. Aujourd’hui encore, je sais que vous aviez déjà un engagement mais vous vous êtes libéré de toutes les autres contraintes pour être des nôtre ce matin. C’est juste le signe de l’intérêt que vous portez à notre paroisse et au –delà, l’expression tout court de votre foi.

Madame KOIDIO Evelyne, vous traduirez à notre marraine, notre illustre paroissienne, madame AMOIDON Marie-Agathe, toute notre reconnaissance parce qu’elle est toujours là, comme une mère, un soutien indéfectible, ne manquant jamais une seule occasion de dire Oui lorsqu’elle est sollicitée.

Merci à toi chers aîné dans le sacerdoce, mon illustre prédécesseur, Père Pascal SEKA pour ton amitié permanente qui m’aide chaque jour à maintenir mes pas dans les tiens afin de mieux diriger cette paroisse. Et vous mes amis de promotion, merci pour cette présence qui illustre encore davantage « la fraternité vécue et célébrée ». Merci à vous Père TEBY, chers confrères prêtres, chers frères marianistes, à vous mes sœurs Notre Dame des Apôtres et à vous tous paroissiens et paroissiennes (équipes pastorale paroissiale, acteurs liturgiques), et à vous membres du Comité d’Organisation, merci pour votre patience, votre disponibilité, votre sérénité. Sachez-le donc, les grandes réussites de construisent dans la douleur. Merci de continuer à croire avec moi que Seigneur n’abandonne jamais celui qui met en lui da confiance.

Je voudrais en terminant, au nom du comité d’organisation, vous invité tous à prendre un rafraichissement avant de partir : les prêtres, les autorités politiques, administratives, et  coutumières, les religieux marianistes ou non, tous les invités, les membres de l’équipe pastorale paroissiale, les doyens de doyennes, sont priés de partager un repas à la cantine du collège.

Merci de Votre aimable attention !!!

Bonne fête à tous et à toutes !!!

Le père Charles KOFFI, curé de la paroisse