BJ Wonderful Blinds - модуль joomla Новости

A la Une

  • MESSAGE SUR LA FOI CHRETIENNE ET LA FRANC-MAҪONNERIE

    MESSAGE SUR LA FOI CHRETIENNE ET LA FRANC-MAҪONNERIE

  • Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit.

    Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais...

  • HOMELIE DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWÃ ARCHEVEQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE LA FETE DE PAQUES 2017

    HOMELIE DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWÃ ARCHEVEQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE LA FETE DE PAQUES 2017

  • MESSAGE DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWÃ ARCHEVEQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE LA MESSE CHRISMALE 2017

    MESSAGE DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWÃ ARCHEVEQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE LA MESSE CHRISMALE 2017

HOMELIE DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWÃ ARCHEVEQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE L’ORDINATION SACERDOTALE


Lectures : Rm12, 1-2/ Lc10, 1-9
Cathédrale Saint Paul Plateau 
Abidjan le 30 janvier 2016

Chers fils,

Chers ordinands,

Cette année pastorale 2015-2016 sera certainement une année spéciale pour vous, en ce sens que contrairement à ces dernières années durant lesquelles je n’ai pu prendre part physiquement aux ordinations, c’est par l’imposition des mains de votre père que je suis, que vous allez recevoir l’ordination presbytérale. Si ma présence physique en ce jour est un motif de joie pour vous, sachez qu’elle l’est davantage pour moi. En effet, mes absences, même justifiées, je l’avoue, me peinaient et me pesaient énormément. Vous comprenez donc la joie qui est la mienne d’être au milieu de vous aujourd’hui. La deuxième raison et certainement la plus importante qui rend cette année pastorale spéciale pour vous, c’est le fait que votre ordination intervienne dans le courant du Jubilé Extraordinaire de la Miséricorde, ce temps de grâce voulu par le Saint Père le Pape François.

 

Chers fils,

En recevant votre ordination en cette année si spéciale pour l’Eglise et le monde, ne sommes-nous pas en droit d’attendre un peu plus de vous, vous qui venez d’être choisis comme prêtres de Jésus-Christ au début de notre célébration de ce jour ? Je pense en effet que s’il est vrai que personne ne se donne à lui-même  une vocation dans l’Eglise, alors il est primordial que ceux qui sont les serviteurs du Christ ou qui sont supposés tels, sachent ce à quoi ils s’engagent une fois leur réponse donnée, car cette réponse les engage irrémédiablement dans une voie sans retour, non pas que le Christ les y oblige, mais ne serait-ce que pour faire sérieux !

1-   Prêtres, soyez attentifs et vigilants !

  La consécration de vos personnes au Christ m’interroge : dans nos états sous-développés où la multiplication des Nouveaux Mouvements Religieux a fini par créer de nouvelles formes de vies avec des bergers, des modérateurs et autres fondateurs, on doit nous trouver attentifs et vigilants ! Sans pour autant refuser à l’Esprit Saint d’être encore et toujours à l’œuvre dans notre monde, je voudrais que vous preniez conscience de la marche qui sera désormais la vôtre !  

Je ne vous apprends rien en affirmant qu’il n’est plus rare de voir de plus en plus des fidèles laïcs du Christ, investir un domaine qui jusque là semblait réserver aux seuls prêtres, dans la prédication mais également dans leur façon de vivre !  Je le dis parce que la réalité du terrain nous montre que beaucoup de ceux qui se disent consacrés sans l’être vraiment, parce que n’ayant pas reçu une onction, une consécration officielle, c’est-à-dire venant d’une autorité reconnue comme telle, mènent une vie qui nous interpelle. Je voudrais préciser ici que je ne fais pas référence à ces laïcs prétendument investis ‘‘directement par Dieu’’, sans que leur charisme n’ait été reconnu comme authentique par l’Eglise notre Mère. Je pense à ces hommes et femmes, dont la vie d’engagement à la suite du Christ est des plus remarquables.

C’est ici que les textes soumis à notre méditation pourraient constituer pour vous et pour chacun de nous tous, un bon sujet de meditation, sur les chemins de notre vocation à tous.

Frères et sœurs,

Dans l’évangile, Saint Luc nous enseigne principalement que l’on ne se fait pas soi-même disciple de Jésus. Bien au contraire, on reçoit de lui la mission et la grâce pour l’accomplir. On est envoyé et de ce fait, il y a donc un double devoir : écouter Dieu pour recevoir de Lui notre mission particulière, et cela par le ministère de l’Eglise, mais aussi prier, prier sans cesse pour que Dieu envoie des ouvriers à sa moisson. Ici, il ne faut pas perdre de vue que la mission est celle de Jésus et que les disciples ne sont que des envoyés.

Pour réussir cette mission, il est nécessaire de vous faire transparent pour qu’on reconnaisse à travers vous, où que vous soyez, la personne de Jésus. D’où les recommandations qui sont autant de moyens de se conformer au Maître. Dans cette aventure, il ne s’agit pas pour les disciples, envoyés par le Christ, de vouloir convaincre ceux qui refusent la Bonne Nouvelle. En effet, dans la perspective du Christ, l’Israël nouveau doit avant tout séduire par son témoignage !

2-   Prêtres, ne prenez pas pour modèle le monde présent

Chers élus de ce jour,

 ‘‘Offrir vos personnes et vos vies en sacrifice’’, c’est avant tout une invitation à comprendre qu’il ne s’agit pas pour vous, dans le ministère qui sera désormais le vôtre, de poser des actes, des gestes purement extérieurs à vos personnes, comme des fonctionnaires, mais de prendre davantage conscience qu’il s’agit pour vous, d’un service cultuel qui vous engage vraiment, totalement et qui transforme en profondeur. Cela exige que vous acceptiez chaque jour, comme dit Saint Paul, de vous laissez  ‘‘transformer en renouvelant votre façon de penser pour savoir reconnaître quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de Lui plaire, ce qui est parfait.’’

Chers fils,

Sachez désormais que votre façon de vivre comme prêtre est plus importante que tout ce que vous faites en tant que prêtre. En ce sens, votre ministère ne se définira pas d’abord par une série de tâches spécifiques à accomplir mais bien par le signe du Christ Pasteur ,porté par des hommes fragiles au sein de communautés vers lesquelles Il les envoie.

Vous le savez bien : dans notre monde d’aujourd’hui qui a tendance à ériger les valeurs en contre valeur, il se trouve encore des hommes et des femmes, ceux qui ne sont pas encore dans l’Eglise Catholique, mais également ceux qui ne la fréquentent plus, parce qu’ayant beaucoup de griefs contre elle, qui nous regardent pour pouvoir entrer en contact avec Jésus dont ils découvriront le visage par l’expérience personnelle des témoins d’aujourd’hui que je vous exhorte à devenir. Désormais, vous devez exister à partir de Jésus et trouver en Lui le centre de gravité de votre ministère et de votre vie de prêtre.

Plus loin, et comme pour conclure, le même Paul ajoute : ‘‘ne prenez pas pour modèle le monde présent.’’ Sachez que la première forme de témoignage est la vie même du chrétien, du prêtre et cela doit être rendu visible par un nouveau mode de comportement : ce nouveau mode de comportement, c’est celui de l’attention aux personnes qui souffrent, de la charité envers les pauvres, les petits et ceux qui comme dit le Saint Père, ‘‘vivent dans les périphéries existentielles les plus différentes, que le monde moderne a souvent créées de façon dramatique’’. En ce sens, je vous invite à comprendre qu’être pleinement présent et rayonner en peu d’endroit est plus important que de vouloir être partout en hâte et à moitié.

 

3-   Désormais, vivre en étant ‘‘un pour tous, tous pour un et ensemble pour Dieu’’

 

Frères et sœurs,  

 

Je reste convaincu que les défis qui attendent ces jeunes ouvriers que le Seigneurs donne à notre Eglise-Famille-de Dieu qui est ici à Abidjan sont énormes. En cette année spéciale, je voudrais non seulement vous inviter à prier pour eux, mais aussi à tout mettre en œuvre pour que la miséricorde soit le fin mot qui présidera à toutes vos rencontres. C’est à vous que je voudrais confier la marche de ces nouveaux pasteurs en particulier et de tous vos pasteurs en général.

 

Je crois fermement que tout est possible si nous sommes des hommes et des femmes de prière. Seule la prière sincère et confiante à l’image de celle d’un enfant devant son père, peut nous faire entrer en profondeur dans ce nouveau chemin que j’appelle de tous mes vœux. C’est pourquoi, moi votre pasteur, je vous invite tous à prier individuellement et collectivement pour vos prêtres, appelés par le Christ et envoyés vers vous : la gratuité de cette attitude et de ces actions, qui contraste profondément avec l’égoïsme présent dans notre monde, suscitera certainement des interrogations qui orienteront vers Dieu et vers l’Evangile

 

Comme disait le Saint Père : ‘‘la dignité et les relations interpersonnelles nous constituent comme êtres humains, voulus par Dieu à son image et ressemblance. En tant que créatures dotées d’une inaliénable dignité, nous existons en relation avec nos frères et sœurs, envers lesquels nous avons une responsabilité, et avec lesquels nous agissons en solidarité.’’ Désormais, vivre en étant ‘‘un pour tous, tous pour un et ensemble pour Dieu’’, telle sera notre devise avec nos pasteurs.

 

Chers fils,

 

Dans quelques instants, à la fin de cette célébration eucharistique, vous aussi, vous serez prêtres à jamais. De par le sacrement de l’ordre que vous allez recevoir, vous serez introduits dans la longue et ininterrompue Tradition de ceux que le Christ appelle et choisi. Sachez que Dieu veut se servir de chacun de vous pour faire connaître ses desseins à notre monde en vous associant à l’unique sacerdoce de son Fils.  Je souhaite que votre présence au sein du presbyterium d’Abidjan, ne soit pas uniquement une présence quantitative, mais bien, une présence qualitative, celle qui apporte et montre le visage de la miséricorde du Christ à tous les hommes !

De tout cœur, je prie pour que Dieu Lui-même soit la récompense de tous ceux qui ont conduit et accompagné ces jeunes jusqu’à ce jour de leur ordination sacerdotale. Je pense à leurs différents formateurs, au Comité diocésain des vocations, à l’Equipe des chargés de vocation, au père qui leur a prêché la retraitre. Je n’oublie pas aussi les parents, amis et connaissances des élus du jour. Je vous recommande tous à la prière bienveillante de la Vierge Marie. Qu’elle vous obtienne de son Fils grâces et bénédictions.

Au début de cette année nouvelle, tout en formant pour vous mes vœux les meilleurs d’une bonne, sainte et heureuse année 2016, je voudrais supplier le Seigneur d’accompagner chacun de vous, tout au long de cette année, d’abondantes bénédictions de paix, sous le signe de l’espérance et de la miséricorde, par Jésus, à qui appartiennent, la louange, l’honneur et la gloire, dans les siècles sans fin. AMEN !

Je vous  bénis !

+ Jean Pierre Cardinal KUTWÃ,
Archevêque d’Abidjan