BJ Wonderful Blinds - модуль joomla Новости

INTERVENTION DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWÃ ARCHEVEQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE LA PORTE SAINTE

Cathédrale Saint Paul du Plateau Abidjan

Dimanche 13 décembre 2015 

Excellence,

Frères et sœurs en Christ,

La page de l’évangile que nous venons d’entendre et qui pose la question du pardon nous plonge dans l’actualité de notre monde actuel confronté à toutes sortes de violence. A l’échelle des nations, des représailles sans pitié entrainent très souvent une escalade de la violence. Mais le véritable problème ici est de savoir si la question du pardon est quantitative ? En fait, c’est ainsi que Pierre l’envisage lorsqu’il demande : ‘‘Combien de fois dois-je pardonner ?’’ Par ailleurs, remarquez aussi que Pierre pense faire preuve de générosité extrême en avançant un chiffre symboliquement parfait : ‘‘jusqu’à sept fois ?’’

 

La réponse de Jésus, ‘‘jusqu’à soixante-dix fois sept fois’’ de même que la parabole qu’il raconte changent de registre ! Le Christ nous enseigne que tout ne peut être vu et considéré en termes d’échange comptable, quantitatif, car l’univers de Dieu est celui de l’amour, et ce n’est que dans la mesure où nous acceptons de nous laisser saisir dans cet univers que nous pouvons nous-mêmes accéder à la miséricorde de Dieu.

En effet, quelle proportion peut-il  avoir entre la dette remise au débiteur et la somme ridicule que ce dernier exige à son tour de son compagnon tout en recourant à des moyens extrêmes ? Ainsi, Jésus fait éclater les perspectives humaines touchant la justice et la rétribution en leur opposant un monde divin qui fonctionne avec d’autres critères que les nôtres.

Devant le pécheur, Dieu est toujours saisi de pitié, profondément ému et touché viscéralement. Son pardon est énorme et il nous invite à agir ainsi envers nos frères et sœurs car celui qui refuse le pardon est esclave d’autrui. Il nous faut prendre conscience qu’il est difficile de vivre sans nous blesser mutuellement un jour ou l’autre. La solution est moins ici d’éviter absolument toute blessure, que de savoir humblement, rapidement et simplement se réconcilier.

 

Demandons au Seigneur de nous donner un cœur nouveau qui aime les autres comme Dieu Lui-même les aime, et de mettre en nous un esprit nouveau qui cherche toujours à se réconcilier avec Dieu et avec nos frères.

+ Jean Pierre Cardinal KUTWÃ, Archevêque d’Abidjan

ImprimerE-mail