SAINT CHARLES LWANGA

Historique  
Situation Géographique
 
Le Curé P. ABBE Ossepé Marcel (curé)
Vicaire(s) PP. NIANGORAN Didier Richmond  – N’DA Serge Saint Clair
Contact Adresse:
Email:
Tel:
Horaires de messe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BREF RAPPEL HISTORIQUE DE LA PAROISSE DE SAINT CHARLES LWANGA D’ADJAME

 

AVANT LA CONSTRUCTION DE L’EGLISE

Avant la construction de Saint Charles Lwanga, les chrétiens du quartier allaient chaque  Dimanche soit à l’église Saint-Michel soit à l’église Saint-Paul du Plateau, soit à l’église Saint-Thomas d’Agban village.

ACQUISITION DU TERRAIN

Des chrétiens se sont attelés à cette tâche. Il s’agit entre autres, de Joseph AGOUSSI, René ATTIE, Philippe AFRI, Basile MOBILET (Dahoméen : béninois, aujourd’hui). Ce sont les personnes, qui les premières ont sollicité la nécessité de construire une église dans notre secteur et formulé ce souhait auprès du Révérend-Père ROSSIGNOL, alors responsable de Saint-Michel.

Les premières démarches auprès des autorités religieuses et administratives pour l’acquisition du domaine ont été menées en 1960 par le R.P.ROSSIGNOL. Il a obtenu satisfaction dans la même année. Mais, affectée en France, il a emporté le plan du terrain attribué par le ministère de la construction et de l’urbanisme.

Après de longues recherches, le double de ce plan a été retrouvé. Mais, sur les lieux, les chrétiens ont été surpris d’appendre que le ministère de la construction s’est emparé d’une importante partie du lot et l’a attribué à des particuliers pour la construction d’habitation privées. Pour préserver ce qui leur restait, ils ont décidé de réunir rapidement les fonds nécessaires à la construction de l’Eglise. Mais, pendant qu’ils s’organisaient, des rumeurs leurs sont parvenues, selon laquelle le ministre de la construction et de l’urbanisme voulait encore s’approprier une autre partie du terrain restant. C’est pou l’en dissuader qu’il on décidé de faire la clôture du domaine ; celle-ci a été réalisée en un temps record, grâce aux apports des uns et des autres.

CONSTRUCTION DE L’EGLISE

Le père LE BOULANGER, qui a remplacé le père ROSSIGNOL, à la lourde direction de la paroisse Saint-Michel, fonde la mission catholique d’Adjamé-Nord. Nous sommes en 1960.

Dans la même année, le Père MORISSON, qui travaillait au ministère de la construction et de l’urbanisme est détaché à la mission. Il crée la COOPERATIVE FRATERNELLE DE CONSTRUCTION. Cette coopérative, qui regroupe des ouvriers de tous bords, entreprend aussitôt la construction du Collège d’Enseignement Général Catholique (C.E.G. Catholique) d’Adjamé qui, plus tard, deviendra L’ISCA.

En 1961, le premier bâtiment de l’établissement scolaire est achevé et une des salles de classe est réservée comme lieu de culte. Par la suite, le père MORISSON à terminé la maison à étage (actuel presbytère) pour le logement des professeurs de l’établissement. Alors, le lieu de culte a été transféré au rez-de-chaussée de ce nouveau bâtiment, dans l’actuel ‘’salle Bernard YAGO’’

C’est à l’arrivée des frères du Sacré-Cœur, en 1963, que le C.E.G. Catholique a été baptisé pour devenir : Institution Sacré-Cœur d’Adjamé (ISCA).

La mission ne possédait donc pas de chapelle à proprement dite, tandis que l’effectif des fidèles augmentait. Le dimanche, la ‘’salle Bernard YAGO’’ se remplissait, ce qui amenait le Prêtre à officier au dehors.

Alors, Philippe AFRI a suggéré la construction de l’église actuelle. Soutenu par d’autres conseiller dont René ATTIE et Joseph AGOUSSI, il a obtenu que des collectes de fond soit organisé pour le financement des traveaux.

En plus des cotisations, des démarches sont entreprise auprès de l’Evêque Bernard YAGO pour l’aide de l’Archevêché. Elles aboutissent à la fourniture gratuite de toute la charpente. Celle-ci est livrée par la SAMELA. La participation de l’Evêque Bernard YAGO a été, en son temps, saluée comme il convient. Elle a, par ailleurs, d’avantage motivé les populations à plus de sacrifices.

La paroisse, signalons-le, évoluait  alors sous la responsabilité de l’Abbé Faustin AGOA, à qui était remis les fonds collectés, et du père Bernard GOUEL : tous deux venaient de remplacer les pères LE BOULANGER et COLLET.

Après l’installation de la charpente métallique (par SAMELA), l’élévation des murs s’est déroulée au rythme des cotisations. Celles-ci, soit dite en passant, auraient été définitivement suspendus, sans l’habileté et le courage de certains paroissiens, en particulier, AFRRI, AGOUSSI et ATTIE. En effet, l’enthousiasme des fidèles a connu un grave fléchissement, à la suite d’un détournement des fonds collectés.  Toutefois, essoufflés par les cotisations, les fidèles sollicitent de l’Evêque un prêt de 2millins de franc. L’Evêque le leur accorde à des conditions de remboursements très souples, et leur offre, en plus, une somme de cinq cents milles francs pour sa contribution personnelle à la construction de l’Eglise.

Sous l’impulsion des pères Joseph TEKY et Camille MANSAN, qui ont succédé aux pères Bernard GOUEL et Faustin AGOA. Les travaux ont alors connu une appréciation très appréciable. Des dons venaient de partout : certaines personnes donnaient des tonnes de ciment, d’autres faisaient verser des chargements de sable sur la Paroisse ; Marcel LAUBHOUET a offert, pour sa contribution, une somme de cinq cent mille francs.

ACHEVEMENT DES TRAVAUX  - PATRONYME

Commencé véritablement en 1973, les travaux de construction de l’église sont achevés fin 1974. C’est le 26 juillet 1975 que l’Eglise a reçu sa bénédiction par Monseigneur Bernard YAGO. Il faut souligner que Saint Charles Lwanga est la première paroisse créé par l’Evêque Bernard YAGO.

D’abord appelés ‘’Bienheureux Charles LWANGA’’, la paroisse n’a pris son nom définitif de Saint Charles Lwanga qu’après la canonisation, le 18 octobre 1964, des Martyrs de l’Ouganda. A notre connaissance, le martyre de St Charles Lwanga est survenu le 03 Juin 1886, à 12heures.

SITUATION GEOGRAPHIQUE

La paroisse Saint Charles Lwanga est située à Adjamé-Nord, entre l’ISCA (Institution Sacré-Cœur d’Adjamé), un établissement d’enseignement secondaire et le marché de l’Habitat-Extension, à l’Ouest dudit marché. La paroisse longe une rue non goudronnée. Elle a deux entrées, la principale étant celle ouverte à l’Ouest, du côté de l’ISCA.

La paroisse Saint Charles Lwanga s’étend sur les quartiers suivants : 220 logements (et Saint-Luc) ; Cité Akan ; Gare routière ; Dispensaire d’Adjamé ; Boulevard Nandji-Abrogoua ; Cité Château d’eau d’Adjamé-Nord-Ouest ; Agban-Village (dit Agban-Adjamé) et forêt du Banco en partie, Adjamé-Nord-Ouest ; et Agban-Gendarmerie.

Saint-Charles se subdivise en quatre quartiers : 1- Agban-Adjamé ; 2- Adjamé Nord-Ouest et Cité Akan ; 3- Adjamé-Nord-Est ; 4- Quartier Ebrié, Habitat-Extension, B.P. Mirador.

Agban-Village constitue un lieu de culte secondaire avec l’Eglise St Thomas. De même les messes sont régulièrement à l’Eglise St. Luc des 220 logements. La Cité Fairmont est rattachée à la commune d’Attécoubé et, au plan religieux, à l’Eglise St. Joseph de la dite commune.

POPULATION

La population civile du territoire paroissial est estimée, en 1992, à 68milles habitants, dont 5mmilles composent la population rurale (Agban-village). En 1992, la population chrétienne était de 7.843 personnes dont 7.283 catholiques.

Le chiffre des baptisés est passée, au 23 mai 1993, à 7.679 personnes, soit une augmentation de 376 baptêmes. Remarque du 01-01 au 30-05-93, il y a eu 304 baptêmes. De 1986 à 1993, Saint Charles Lwanga a enregistré 1918 Confirmations, dont 212 se situent entre 01-01 au 30-05-93.

Du 22-04-62 au 19-05-1993, il a été célébré 313 mariages (dont 18 pour la période du 01-01 au 30-05-93). Le chiffre des mariages connait une bonne croissance, sous l’impulsion du père Eugène NEVRY.

 

ACTIVITE MISSIONNAIRE

-         ADMINISTRATION

La gestion de la paroisse a été assurée successivement par les prêtes ci-après :

1-LE BOULANGER                                                 2- BERNARD GOUEL

BERNARD GOUEL                                                      FAUSTIN AGOA COLLET

3- JOSEPH TEKY                                              4- ANDRE ALBERT

    CAMILLE MANSAN                                              MARIE-DANIEL DADIET

 5- MICHEL LAMUR                                           6- HENRI BLIN

CHRISTOPHE BAMOUNI                                      CHRISTOPHE BAMOUNI

JEAN-MARIE DAMAY (Résident)

7- JEAN-MARIE DAMAY                                       8- JEAN-MARIE DAMAY

JOSEPH SAMARE                                                                    MICHEL ATSAIN

MICHEL N’DRI                                                      MICHEL N’DRI (Résident)

 9- EUGENE NEVRY                                              10- EUGENE NEVRY

MICHEL ATSAIN                                                  EMMANUEL ZABSONRE

MAURICE GOA IBO (stagiaire)                               SIMEON ATSIN (Résident)

                                                                         RICHARD ANOU (Résident)

 

ENTRETIEN DES MISSIONNAIRES

De très bon rapport ont de tout temps existé entre les Missionnaires et les Laïcs. Durant l’année 1960, les premiers prêtres étaient logés dans la villa N°1 de la CNPS du quartier, aux frais des fidèles. Ils recevaient aussi les repas gratuitement des familles de la communauté, entre autres : René ATTIE, Bernard NANDJUI, Pierre N’DA, Joseph AGOUSSI. Pour faciliter les déplacements, les habitants ont acheté une voiture d’occasion aux prêtres qui, auparavant, effectuaient les courses à pieds ou en taxis.

EVANGELISATION

En 11960, au moment où arrivait le premier missionnaire, le père le boulanger, Adjamé-Nord ne comptait qu’une dizaine de Chrétiens Catholiques : Joseph AGOUSSI, René ATTIE, Philippe AFRI, Basile MOBILET, Simon-Pierre SAWADOGO, et quelques une de leur épouse. Ils tenaient des séances de prière en semaine dans le salon de René ATTIE, sous une lampe tempête, le secteur n’étant pas électrifié.

Les éléments de ce noyau de Chrétiens menaient une campagne d’évangélisation très active. Simon-Pierre SAWADOGO, par exemple, rassemblait ses compatriotes voltaïques (aujourd’hui Burkinabé) pour leur expliquer l’évangile du dimanche, après la Messe. Il en était même pour les Bétés dirigés par Philippe AFRI. A noter que ces deux actions précitées se poursuivent actuellement. Ces diverses formes de campagne d’évangélisation ont permis l’augmentation rapide de l’effectif des Catholiques.

 Horaire des Messes

Lundi : 6h30

            18h30

Mardi : 6h30

  19h00 Réunion en CEB

Mercredi : 6h30

                  18h30

Jeudi : 6h30

           18h00-19h30 Adoration – Messe

Vendredi : 6h30

                18h30

Samedi : 7h00

             18h30 Messe anticipée

Dimanche : 7h00

                 9h00

CONFESSION

Samedi : 17h00-18h00

 

PrintEmail