BJ Wonderful Blinds - модуль joomla Новости

A la Une

  • MESSE CHRISMALE 2021

    MESSE CHRISMALE 2021

  • Mercredi des Cendres 2021 Jl 2,12-18

    Mercredi des Cendres 2021 Jl 2,12-18

  • Message particulier de la 117ème Assemblée Plénière de la Conférence des Evêques Catholiques de Côte d’Ivoire s’est tenue du 18 au 24 Janvier 2021 à Bonoua

    Message particulier de la 117ème Assemblée Plénière de la Conférence des Evêques Catholiques de...

  • COMMUNIQUÉ FINAL 117ème Assemblée plénière  Kodjoboué, du 18 au 24 janvier 2021

    COMMUNIQUÉ FINAL 117ème Assemblée plénière Kodjoboué, du 18 au 24 janvier 2021

HOMELIE DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWÃ ARCHEVEQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE L’ORDINATION PRESBYTERALE Lectures : 2Co4, 1-2.5-7/ Jn17, 6.14-19 Cathédrale Saint Paul Plateau Abidjan le 12 décembre 2020

Chant : ‘‘Me voici, Seigneur mon Dieu, mon Rédempteur, je suis prêt pour te servir. O mon Dieu, tu sais je suis faible, je ne sais comment faire ta volonté ; Tu me dis, marche en avant et n’aies pas peur car Je suis, toujours près de toi.’’

Révérends Pères,
Révérends frères,
Révérendes sœurs,
Chers élus de ce jour,
Chers frères et sœurs en Christ,

S’il peut paraître ambitieux ,voire même prétentieux ,de proclamer comme dans ce chant que nous venons d’exécuter, que nous sommes prêts pour servir le Seigneur, il faut tout de même reconnaître l’humilité de celui qui répond à cet appel du Seigneur : O mon Dieu, tu sais que je suis faible, je ne sais comment faire ta volonté ! Par ces mots, se dessine clairement pour nous, l’attitude de ceux qui se sentent appeler par le Seigneur pour un service d’Eglise : promptitude à donner une réponse claire et sans ambigüité aucune, doublée du nécessaire abaissement qui fait plus de place dans nos cœurs et dans nos vies, à Celui à qui nous dédions finalement notre être.

 

C’est cette réponse à l’appel de Dieu dans nos vies et plus précisément dans celle des ordinands de ce jour que nous sommes venus célébrer en ce jour. Ensemble disons merci à Dieu qui continue d’appeler des ouvriers pour sa moisson, démontrant ainsi qu’il ne désespère pas de notre humanité ! Disons aussi merci aux élus du jour, qui ont accepté de répondre généreusement à cet appel. Enfin, disons notre gratitude à Dieu pour leurs parents qui ont accompagné le vœu de leurs enfants ainsi que pour les formateurs qui ont consenti au nom de leur foi et de leur amour pour Jésus, d’énormes sacrifices pour les conduire jusqu’à ce jour de leur ordination presbytérale.

Chers fils, chers ordinands,

Voici que va se réaliser dans quelques instants le désir le plus cher de votre cœur : êtres prêtres de Jésus-Christ ! Quel bonheur ! Quel honneur ! Mais ce bonheur et cet honneur qui vous sont faits par le Seigneur comporte des exigences dont il importe d’en prendre toute la mesure au début de votre ministère sacerdotal. A cet effet, les textes que nous avons entendus de même que le Décret sur le ministère et la vie des prêtres, Presbyterorum Ordinis ainsi que le Directoire pour le ministère et la vie des prêtres, sont de bons indicateurs qui sonneront comme un rappel pour vos aînés dans le sacerdoce comme je l’espère! La raison en est que depuis quelques années, je n’ai de cesse de les inviter, à un réarmement moral et spirituel. Que nous disent ces lectures ainsi que les documents que je viens de citer ?

Révérends Pères,                                                                              Frères et sœurs,

Dans la première lecture, Saint Paul nous enseigne que pour ceux qui croient, la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ est la lumière qui illumine leur existence tandis que pour les autres, cette prédication reste obscure, bien que  Paul agisse au grand jour et parle clairement. L’apôtre, qui est un envoyé, est appelé à proclamer avec force un Evangile glorieux. Mais, il fait connaître ce trésor au milieu des oppositions et il est douloureusement conscient de sa faiblesse personnelle. Tout ce qu’il subit est comme une image de la mort de Jésus à travers laquelle surgit, pour les chrétiens de Corinthe, la vie véritable, celle qui vient de Dieu en Jésus-Christ !

Agir au grand jour et parler clairement, proclamer un Évangile-Bonne-Nouvelle qui est un trésor pour notre monde, le faire connaître au milieu des oppositions de ce monde sans oublier que vos faiblesses personnelles qu’il vous faudra assumer et offrir à Celui au service de qui vous vous mettez pour finalement laisser surgir la véritable vie, celle de Jésus-Christ, voici l’engagement auquel nous avons tous souscrit en nous engageant à la suite du Christ! En sommes-nous encore conscients, nous prêtres, diacres, religieux, religieuses et fidèles laïcs du Christ, nous qui avons été configurés au Christ par notre baptême ?

Dans l’évangile, Saint Jean nous révèle que la vérité est la révélation de Dieu identifié à la personne de Jésus. Parce qu’il se met entièrement au service de Dieu, le croyant ne peut plus suivre le prêt-à-penser imposé par les séducteurs de ce monde. En effet, la Parole de Dieu devrait pouvoir émanciper des illusions mensongères tout croyant qui désormais, doit appartenir au Dieu de vérité. Dès lors, les compromis qui finissent en compromissions de même que les démis vérités qui sont en fait un manque de courage, les silences coupables et la duplicité, doivent être bannis de la vie de ceux qui marchent à la suite du Christ !

Ainsi, nous voilà tous prévenus de ce qui nous attend en tant que chrétiens. Désormais, nous avons l’obligation, parce que nous appartenons au Dieu de vérité, d’accepter d’afficher clairement notre identité propre partout où l’appel de Dieu nous enverra, et cela, même dans les choses qui paraitraient secondaires. Cette identité propre du chrétien n’est à négocier à aucun prix au risque de nous entendre dire un jour de la part du Seigneur : allez-vous en loin de moi, je ne vous connais pas ! C’est au nom de cette identité propre que je voudrais m’adresser aux ordinands de ce jour, en leur révélant, la nature même du presbytérat.

1-  Nature même du presbytérat.

Chers fils,

Dans le décret sur la vie et le ministère des prêtres, on peut lire ceci : ‘‘la fonction des prêtres, en tant qu’elle est unie à l’ordre épiscopal, participe à l’autorité par laquelle le Christ édifie, sanctifie et gouverne son Corps. C’est pourquoi le sacerdoce des prêtres, s’il repose sur les sacrements de l’initiation chrétienne, est cependant conféré au moyen du sacrement particulier qui, par l’onction du Saint- Esprit, les marque d’un caractère spécial, et les configure ainsi au Christ Prêtre pour les rendre capables d’agir au nom du Christ Tête en personne.

Participant pour leur part à la fonction des Apôtres, les prêtres reçoivent de Dieu la grâce qui les fait ministres du Christ Jésus parmi les nations, assurant le service sacré de l’Évangile, pour que les nations deviennent une offrande agréable, sanctifiée par l’Esprit Saint… C’est par le ministère des prêtres que se consomme le sacrifice spirituel des chrétiens, en union avec le sacrifice du Christ, l’unique Médiateur, offert au nom de toute l’Église dans l’Eucharistie par les mains des prêtres, de manière non sanglante et sacramentelle, jusqu’à ce que vienne le Seigneur lui-même…

Ainsi donc, la fin que les prêtres poursuivent dans leur ministère et dans leur vie, c’est de rendre gloire à Dieu le Père dans le Christ. Et cette gloire, c’est l’accueil conscient, libre et reconnaissant des hommes à l’œuvre de Dieu accomplie dans le Christ…’’ Presbyterorum Ordinis, Ch1, §2

        Vous avez bien compris que le ministère presbytéral nous dépasse tous et concerne le Christ Jésus Lui-même. Je vous exhorte à respecter et à faire respecter ce que vous allez devenir. Si le Christ nous fait confiance, tâchons de ne pas le décevoir. Nous sommes ministres, c’est-à-dire agents du pouvoir gouvernemental de Jésus, participants à la fonction des Apôtres. J’insiste pour rappeler que c’est par le ministère des prêtres que se consomme le sacrifice spirituel des chrétiens, en union avec le sacrifice du Christ, l’unique Médiateur !

        Chers confrères dans le sacerdoce,

        Depuis quelques années, je ne cesse d’évoquer la nécessité d’un aggiornamento afin de nous mettre au diapason des exigences du monde dans lequel nous vivons, un monde qui est devenu très critique vis-à-vis de la religion catholique et qui se délecte à souhait des souffrances qui peuvent être les siennes. Je vous exhorte, au moment où notre nombre ne cesse de croître, à y aller résolument, pour que ceux qui viennent  s’adjoindre à nous, prennent de bons plis. Ces bons plis, c’est d’exercer pleinement les fonctions qui sont les nôtres !

2-  Les fonctions des prêtres : ministres de la Parole de Dieu,  des sacrements et de l’Eucharistie et chefs du Peuple de Dieu

Chers fils,

Comme ministre de la Parole de Dieu, le décret sur la vie et le ministère des prêtres, nous invite à comprendre que ‘‘le Peuple de Dieu est rassemblé d’abord par la Parole du Dieu vivant qu’il convient d’entendre tout spécialement de la bouche des prêtres... C’est la parole de salut qui éveille la foi dans le cœur des non-chrétiens, et qui la nourrit dans le cœur des chrétiens ; c’est elle qui donne naissance et croissance à la communauté des fidèles… Ils ont à leur faire partager la vérité de l’Évangile dont le Seigneur les fait bénéficier… Si la [la prédication] veut vraiment atteindre l’esprit des auditeurs, elle ne doit pas se contenter d’exposer la Parole de Dieu de façon générale et abstraite, mais elle doit appliquer la vérité permanente de l’Évangile aux circonstances concrètes de la vie.’’ Presbyterorum Ordinis, Ch2, §4

Comme ministre des sacrements et de l’Eucharistie, le même Décret appelle à toujours se rappeler que ‘‘par le ministère de l’évêque, Dieu consacre des prêtres qui participent de manière spéciale au sacerdoce du Christ, et agissent dans les célébrations sacrées comme ministres de celui qui, par son Esprit, exerce sans cesse pour nous, dans la liturgie, sa fonction sacerdotale. Par le baptême, ils font entrer les hommes dans le Peuple de Dieu ; par le sacrement de pénitence, ils réconcilient les pécheurs avec Dieu et avec l’Église ; par l’onction des malades, ils soulagent ceux qui souffrent ; et, surtout, par la célébration de la messe, ils offrent sacramentellement le sacrifice du Christ. Et chaque fois qu’ils célèbrent un de ces sacrements…les prêtres sont, de diverses manières, hiérarchiquement en union avec l’évêque, assurant ainsi en quelque sorte sa présence dans chacune des communautés chrétiennes… Les prêtres doivent veiller à cultiver comme il se doit la science et la pratique liturgiques, pour que leur ministère liturgique permette aux communautés chrétiennes qui leur  sont confiées de louer toujours plus parfaitement Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit.’’ Presbyterorum Ordinis, Ch2, §5

Enfin, comme chef du peuple de Dieu, le prêtre ne doit jamais oublier que ‘‘pour exercer ce ministère, comme pour les autres fonctions du prêtre, ils reçoivent un pouvoir spirituel, qui leur est donné pour l’édification de l’Église. Dans cette œuvre de construction, la conduite des prêtres, à l’exemple de celle du Seigneur, doit être extrêmement humaine envers tous les hommes. Ce n’est pourtant pas selon ce qui plaît aux hommes mais selon les exigences de la doctrine et de la vie chrétiennes qu’ils doivent agir à leur égard, les enseignant et les instruisant comme des enfants, et des enfants bien aimés…

Comme éducateurs de la foi, les prêtres ont à veiller, par eux-mêmes ou par d’autres, à ce que chaque fidèle parvienne, dans le Saint-Esprit, à l’épanouissement de sa vocation personnelle selon l’Évangile, à une charité sincère et active, et à la liberté par laquelle le Christ nous a libérés. Des cérémonies, même très belles, des groupements, même florissants, n’auront guère d’utilité s’ils ne servent pas à éduquer les hommes et à leur faire atteindre la maturité chrétienne...’’ Presbyterorum Ordinis, Ch2, §6

Révérends Pères,

Chers élus de ce jour,  

Je voudrais que nous gardions à l’esprit ‘‘qu’aucune communauté chrétienne ne peut se construire sans trouver sa racine et son centre dans la célébration de la très sainte Eucharistie: c’est donc par celle-ci que doit commencer toute éducation de l’esprit communautaire ; mais une célébration sincère, pleinement vécue, doit déboucher aussi bien dans les activités diverses de la charité et de l’entraide que dans l’action missionnaire et les diverses formes du témoignage chrétien.’’ Presbyterorum Ordinis, Ch2, §6

Frères et sœurs en Christ,

 

C’est à dessein que j’ai rappelé devant vous, les obligations auxquelles sont soumis vos prêtres et je n’ai pas été exhaustif. J’ai même été par moment assez dur avec eux. Loin de moi l’envie et l’idée de jouer le trouble-fête alors que vous avez pris toutes les dispositions pour que ce jour soit inoubliable pour ceux qui accèdent au presbytérat. En fait, c’est justement parce que je souhaite du fond de mon cœur de père que le ministère de vos prêtres soit des plus fructueux, que je me suis autorisé ces rappels. Comme vous le savez certainement, la vie et le ministère de vos prêtres se développent toujours dans un contexte historique, empreint de problèmes toujours nouveaux qui constituent autant de défis et pour eux, et pour notre Eglise !

 

Si nous ne pouvons plus nous satisfaire de prêtres médiocres, il en va de même pour les communautés vers lesquelles ils sont envoyés ! Vous aussi, laissez-vous rejoindre profondément par ces appels de la part du Seigneur ! Aidez vos prêtres, pas seulement financièrement ! Arrêtez les critiques stériles qui les présentent presque toujours sous leurs mauvais jours ! Croyez-moi, le Seigneur vous revaudra d’avoir aidé un prêtre à vivre pleinement sa vocation plutôt que de le tuer littéralement !

Soyez avec eux comme des frères, soucieux de l’image de notre famille que nous véhiculons ! Vous aussi, avec vos prêtres, aspirez à la sainteté mais surtout donnez-vous les moyens d’y arriver ! Je reste convaincu que c’est ensemble, main dans la main, que nous parviendrons à relever les défis de la nouvelle évangélisation. Priez pour vos prêtres ! Demandez au Seigneur de nous donner beaucoup de prêtres, beaucoup de saints prêtres pour la gloire de Dieu et pour notre bonheur à tous !  Telle est la mission que je vous confie aujourd’hui.

Pour terminer, je voudrais encore une fois dire merci aux parents qui permettent que pareille ordination se poursuivent année après année. Merci à leurs différents formateurs, au Comité diocésain des vocations, à l’Equipe des chargés de vocation, père Gabriel HERRAIZ de l’Opus Dei, qui leur a prêché la retraite. Merci à tous ! Je vous recommande à la prière bienveillante de la Vierge Marie. Qu’elle nous obtienne de son Fils beaucoup de saints prêtres, Lui à qui appartiennent, la louange, l’honneur et la gloire, dans les siècles sans fin. AMEN !

Bonne fête à tous et

Bon vent aux nouveaux prêtres !

 

+ Jean Pierre Cardinal KUTWÃ,

Archevêque d’Abidjan