A la Une

  • RETRAITE ANNUELLE DIOCESAINE DU PRESBYTERIUM D'ABIDJAN

    RETRAITE ANNUELLE DIOCESAINE DU PRESBYTERIUM D'ABIDJAN

  • MESSE DE FIN DE MISSION DU PERE EMMANUEL ZABSONRE

    MESSE DE FIN DE MISSION DU PERE EMMANUEL ZABSONRE

  • Messe de fin de mission 2022 du Père Désiré Eliason

    Messe de fin de mission 2022 du Père Désiré Eliason

  • ARCHIDIOCESE D’ABIDJAN AFFECTATIONS DES PRETRES ANNEE PASTORALE 2022 – 2023

    ARCHIDIOCESE D’ABIDJAN AFFECTATIONS DES PRETRES ANNEE PASTORALE 2022 – 2023

CLOTURE DE 121ème ASSEMBLEE PLENIERE DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DE COTE D’IVOIRE

Ouverte le lundi 16 mai 2022 au Centre Sainte Thérèse de Bingerville, la 121ème Assemblée Plénière  de la Conférence des Evêques Catholiques de Côte d’ivoire s’est achevée le dimanche 22 mai 2022 par une messe à la paroisse Saint Ambroise du Jubilé de Cocody Angré.

La messe qui a débuté à 10h était présidée par son Eminence Jean-Pierre cardinal KUTWA, archevêque d’Abidjan. Il était entouré des archevêques et évêques de Côte d’Ivoire.

Après la salutation, le Vice-président du conseil pastoral paroissial, M. Augustin DOSSEH a dit le mot de bienvenu.

L’ordinaire d’Abidjan a prononcé l’homélie.

 A la fin de la messe qui a rassemblée plusieurs fidèles dont des prêtres, des religieux et religieuses, les autorités politiques (dont le maire de la commune de Cocody) et de nombreux laïcs.

Trois allocutions ont été dites :

1-    Le curé de la paroisse le père Emmanuel SAWADOGO

2-    Mgr. Jean-Salomon LEZOUTHIE, pour le fond national catholique

3-    Mgr. Boniface ZIRI, pour le communiqué final

 Père Jean-Baptiste DIAHOU

 

HOMELIE DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWÃ ARCHEVEQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE LA MESSE DE CLÖTURE DE LA 121ème ASSEMBLEE GENERALE DE LA CONFERENCE DES EVEQUE CATHOLIQUES DE CÖTE D’IVOIRE

Paroisse Saint Ambroise du Jubilé Abidjan,
Dimanche 22 mai 2022

 

 Chant : Trouver dans ma vie ta présence. Tenir une lampe allumée

Choisir d'habiter la confiance. Aimer et se savoir aimé…
Ouvrir quand tu frappes à ma porte. Briser les verrous de la peur. Savoir tout ce que tu m'apportes. Rester et devenir veilleur

 Excellences,
Révérends pères,
Chers frères et sœurs, 

 Quel bonheur que celui de trouver dans nos vies la présence bienfaisante de notre Dieu ! Quel défi aussi de prendre le pari de tenir nos lampes allumées à la suite de Celui qui a offert sa vie en sacrifice pour notre humanité ! Quelle joie d’aimer et de se savoir aimé mais surtout de toujours discerner les occasions où notre Dieu et Seigneur Jésus-Christ frappe à nos portes, brisant les verrous de toutes sortes de peurs pour finalement devenir pour nos frères et sœurs, des veilleurs, pour la gloire de Dieu !

 Ce bonheur, ce défi et cette joie pour les fidèles de Dieu que nous sommes, c’est bien le chemin que voulons emprunter tous ensemble, comme des frères et non des personnes juxtaposées les unes à côté des autres, alors que s’achèvent avec cette célébration eucharistique, les travaux de la 121ème Assemblée plénière des Evêques Catholiques de Côte d’Ivoire dont le thème était : ‘‘ Synodalité et mission des services d’Eglise en Côte d’Ivoire- Vous allez recevoir une force quand le Saint Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre’’ (Cf. Ac.1,8).

 Êtres les témoins de Jésus-Christ tous autant que nous sommes, c’est commencer par prendre conscience des signes des temps dans lesquels nous sommes, afin de mieux appréhender les attentes profondes de notre Eglise locale sans jamais oublier les nombreux clins d’œil que Dieu ne cesse de nous adresser.

 A propos de clins d’œil, il m’a paru nécessaire de relever certains signes qui sont à mon sens annonciateurs de l’engagement qui devra désormais être celui de notre Eglise de Côte d’Ivoire dans la droite ligne du Synode sur la synodalité. Le mois de mai qui s’achève dans quelques jours est assurément pour l’Eglise catholique de Côte d’Ivoire, l’un de ces merveilleux clins d’œil de la providence divine jamais prise à défaut !

 L’on se souviendra toujours que le premier prêtre ivoirien, Mgr Réné KOUASSI a reçu le sacrement de l’ordre le 1er mai de l’année 1934, ouvrant ainsi, la longue et ininterrompue liste du presbytérat ivoirien. Qu’il me soit permis de rappeler aussi que c’est le 8 mai de l’année 1960 que notre pays a connu son premier évêque ivoirien en la personne du Cardinal Bernard YAGO, d’affectueuse mémoire !

 En début de ce mois de mai, nous avons reçu la visite de Mr le Cardinal Pietro PAROLIN, secrétaire d’état de Sa Sainteté, visite qui était un signe particulier de la sollicitude du Saint-Père le Pape François pour l’Eglise en Côte d’Ivoire, visite dont le clou a été certainement l’ordination épiscopale du premier Nonce Apostolique ivoirien le 7 mai de cette année 2022 en la personne de Mgr Jean Sylvain Mambé EMIEM !

 Mais alors que nos regards étaient tout tournés vers cet événement majeur de l’histoire de notre Eglise, à Abuja, au Nigeria, Mgr Alexis TOUABLY YOULO, notre frère dans l’épiscopat était élu président des Conférences épiscopales réunies de l’Afrique de l’ouest ! Vraiment Dieu ne cesse de nous manifester sa sollicitude paternelle et ce clin d’œil, il nous faut en tenir compte !

 Chant : Merveille, Dieu nous aime…

 Oui parce que Dieu nous aime, nous pouvons affirmer avec certitude que ce n’est donc pas un hasard si la 121ème assemblée plénière de la Conférence des Evêques catholiques de Côte d’Ivoire s’est tenue en ce mois mai, avec un thème qui est tout à la fois un programme de vie, une nouvelle indication pour notre Église en Côte d’Ivoire et que nous ne pouvons pas nous permettre de rater ce nouveau rendez-vous avec l’histoire !

 1-  Synodalité et mission des services d’Eglise en Côte d’Ivoire : quelle compréhension ?

 Excellences,
Frères et sœurs,

Dans la première lecture de ce jour, deux idées forces se dégagent et qui sont à la base des problèmes que rencontre la communauté d’Antioche : intransigeance et refus de la grâce. En effet, alors que le texte nous révèle les débuts de l’Eglise qui, bien que parfaitement unie en apparence, laisse découvrir certains clivages touchant les orientations à prendre. En effet, la première évaluation de la nouvelle Eglise d’Antioche est remise en cause par des frères venus de Judée, adeptes d’une application rigoureuse de la Loi de Moïse. Cette manière de voir et de faire dégénère en conflit rendant ainsi la cohabitation difficile.

L’intransigeance, c’est de penser comme les judéo-chrétiens que l’accueil des païens doit répondre à leur mode de vie à eux et que toute idée de progression signifierait adaptation dangereuse, compromis inadmissible, pour voire un abandon de la tradition vénérable de leurs ancêtres. Autrement dit, pour vivre l’unité et la communion dans la communauté, et partant pour devenir chrétiens, il faut que les païens se fassent Juifs d’abord et qu’ils aient avec eux, les mêmes rites et les mêmes pratiques.

Le refus de la grâce, qu’il soit volontaire ou inconscient, c’est de ne pas comprendre que l’Esprit Saint, hier comme aujourd’hui, souffle où il veut et comme il veut et qu’il ne faut pas mettre de conditions pour faire partie du lot de ceux que le Christ appelle à le suivre. C’est bien ce qu’affirme le Concile Vatican II dans sa Constitution Pastorale sur l’Eglise, Gaudium et Spes : ‘‘Dieu, qui a une sollicitude paternelle pour tous, a voulu que tous les hommes constituent une seule famille et se traitent les uns les autres dans un esprit de fraternité. Parce qu’ayant été créés à l’image de Dieu, qui ‘‘d’un seul homme a créé toute la race humaine et l’a fait vivre sur toute la surface de la terre’’ (Actes 17,26), tous les hommes sont appelés à un seul et même but, à savoir Dieu Lui-même.’’ GS n°24

A la vérité, il nous faut tenir cette ferme assurance avec la même Constitution pastorale que les effets de la résurrection du Christ valent ‘‘non pas seulement pour ceux qui croient au Christ, mais pour tous les hommes de bonne volonté dans le cœur desquels la grâce agit d’une manière invisible. Car, puisque le Christ est mort pour tous les hommes et que la vocation ultime de l’homme est en fait une et divine, nous devons croire que l’Esprit Saint, d’une manière connue de Dieu seul, offre à tout homme la possibilité d’être associé à ce mystère pascal.’’ GS 22, § 5

Voici à mon avis, l’un des défis de notre Eglise en cette période où l’Eglise toute entière est en synode. Rappelons-nous que faire Synode signifie marcher sur la même route, marcher ensemble, rencontrer, écouter, discerner. Cela ne peut se faire que si nous prenons conscience que l’intransigeance et le refus de la grâce sont de gros handicaps dont il faudra nous défaire. La synodalité signifie marcher ensemble et de ce fait nous devons comprendre que tous, autant que nous sommes, avec nos différences, nous sommes appelés à une même et unique mission : annoncer l’évangile de Jésus-Christ en étant ses témoins ! Cela requiert qu’à défaut de supprimer les barrières entre nous, que nous les fassions tomber !

       Faire tomber ces barrières, c’est la solution que l’Esprit Saint a Lui-même inspirés aux Apôtres et aux Anciens : les chrétiens d’origine juive ne doivent pas imposer la circoncision et les pratiques juives aux chrétiens d’origine païenne tout comme ceux-ci, par respect pour leurs frères d’origine juive, devront s’abstenir de tout ce qui pourrait troubler la vie commune, en particulier pour les repas. Il ressort de cette solution que ce qui est imposé à tous, c’est ce qui permet de maintenir la communion fraternelle. Eglise en Côte d’Ivoire, chrétiens d’aujourd’hui, quel est l’héritage que nous voulons léguer aux générations futures ? Mais Dieu ne désespère de nous ! Jésus continue de croire en son Eglise, Lui qui nous promet, pour sa croissance, une force quand viendra le Saint Esprit.

        2- Vous allez recevoir une force quand le Saint Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins…

Excellences,
Frères et sœurs,

La force que donne le Saint Esprit, c’est celle qui nous donne les moyens et le génie nécessaires pour annoncer aujourd’hui Jésus-Christ ! C’est cette même force qui nous permet d’être des témoins authentiques et dont la voix porte alors que l’on a de plus en plus l’impression qu’à l’intérieur d’une même Eglise, chacun prêche pour sa petite chapelle. La force que donne le Saint Esprit, c’est celle qui nous constitue en un seul peuple de Dieu qui travaille à fédérer nos efforts dans l’évangélisation.

C’est bien ce que nous dit le Pape François quand il affirme qu’évangéliser n’est pour personne un acte individuel et isolé, mais un acte profondément ecclésial. Lorsque le plus obscur prédicateur, catéchiste ou pasteur, dans la contrée la plus lointaine, prêche l’Evangile, rassemble sa petite communauté ou confère un sacrement, même seul, il fait un acte d’Eglise et son geste se rattache certainement, par des rapports institutionnels, mais aussi par des liens invisibles et par des racines souterraines de l’ordre de la grâce, à l’activité évangélisatrice de toute l’Eglise.’’ Message du Pape François pour la journée mondiale des missions 2022.

        Être ensemble est donc important et c’est bien ce que souligne le Pape dans ce même message quand il affirme ceci : ‘‘ vous serez mes témoins. La forme plurielle souligne le caractère communautaire-ecclésial de l'appel missionnaire des disciples. Tout baptisé est appelé à la mission dans l'Église et par mandat de l'Église : la mission se fait donc ensemble, et non individuellement, en communion avec la communauté ecclésiale et non de sa propre initiative. Et même s'il y a quelqu'un qui, dans une situation très particulière, accomplit seul la mission d'évangélisation, il l'accomplit et devra toujours l'accomplir en communion avec l'Église qui l'a envoyé.’’

         Il nous faut désirer et appeler de tout notre cœur, cette force que donne le Saint Esprit car, comme dit le Pape François, ‘‘c'est précisément après la descente de l'Esprit Saint sur les disciples de Jésus qu'a lieu la première action de témoignage au Christ mort et ressuscité… Ainsi commence l'ère de l'évangélisation du monde par les disciples de Jésus, qui étaient avant faibles, craintifs et fermés. L'Esprit Saint les a fortifiés, leur a donné le courage et la sagesse de témoigner du Christ devant tout le monde… Plus encore, au moment où nous nous sentons fatigués, démotivés, perdus, rappelons-nous de nous tourner vers l'Esprit Saint dans la prière, qui […] a un rôle fondamental dans la vie missionnaire, pour nous laisser restaurer et fortifier par lui, source divine inépuisable des énergies nouvelles et de la joie de partager la vie du Christ avec les autres… L'Esprit est donc le véritable protagoniste de la mission : c'est lui qui donne la parole juste, au bon moment et de juste manière.’’ Fin de citation.

 3-  Soyons des témoins et non des maîtres !

 Excellences,
Frères et sœurs, 

        Dans l’évangile de ce jour qui se situe dans les dernières heures de la vie de Jésus, on ne peut rester de marbre face à sa sérénité parce qu’Il est souverainement libre ! Trois grandes idées peuvent résumer cette page de l’évangile : 1- l’invitation à rester fidèles à sa parole 2- l’Esprit Saint qui poursuit la mission de Jésus en affermissant les témoins du Christ. 3- la paix que Jésus promet et qui établit le croyant dans une sérénité qui bannit toute peur !

        En tant que disciples de Jésus, nous aussi, nous devons faire en sorte à rester fidèles à sa parole. Tous autant que nous sommes, évêques, prêtres et fidèles laïcs du Christ, nous devons comprendre que nous portons une parole qui n’est pas la nôtre et nous devons nous garder de l’édulcorer au gré de nos intérêts personnels : les interprétations fantaisistes de même que certains raccourcis ne relèvent pas de la fidélité car il s’agit avant tout de la mission de Jésus-Christ !

        Ensuite, si nous sommes fidèles à cette Parole de Jésus, alors le Saint Esprit continuera en nous et pour nous, la mission de Jésus en nous affermissant pour un témoignage authentique. C’est le Pape Saint Paul VI qui disait et je cite : ‘‘pour l’Eglise, le témoignage d’une vie authentiquement chrétienne, livrée à Dieu dans une communion que rien ne doit interrompre mais également donnée au prochain avec un zèle sans limite, est le premier moyen d’évangélisation. “ L’homme contemporain écoute plus volontiers les témoins que les maîtres ou s’il écoute les maîtres, c’est parce qu’ils sont des témoins ” (Evangelii Nuntiandi, n. 41)

        Enfin, si la paix du monde est souvent illusoire et fragile, celle de Jésus vient de Dieu qui en garantit Lui-même la stabilité. Nous sommes les disciples du Christ et c’est à nous d’annoncer cette paix que Jésus nous promet. Cela est possible avec la force que donne le Saint Esprit.

        Je voudrais terminer en reprenant pour nous les paroles du psaume de ce jour : Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse, que son visage s’illumine pour nous ; Dieu, notre Dieu, nous bénit. Que Dieu nous bénisse, et que la terre tout entière l’adore !

+ Jean Pierre Cardinal KUTWÃ

Archevêque Métropolitain d’Abidjan

 

 Communiqué final de la 121ème Assemblée Plénière de la CECCI

La 121ème Assemblée de la Conférence des Evêques Catholiques de Côte d’Ivoire s’est tenue du 16 au 22 mai 2022 au Centre Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus de Bingerville, dans l’Archidiocèse d’Abidjan, autour du thème, « Synodalité et mission des services d’Eglise en Côte d’Ivoire » « Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre ». Ac 1,8.

 1-La cérémonie d’ouverture a eu lieu le mardi 17 mai 2022 à l’auditorium du Petit Séminaire Saint Augustin de Bingerville à partir de 09h, en présence de Son Excellence Monseigneur Paolo BORGIA, Nonce Apostolique en Côte d’Ivoire, de Monsieur GOUN Germain-François, Préfet de la Région des Lagunes, Préfet du Département d’Abidjan, et d’autres autorités civiles, militaires et de guides religieux d’autres confessions. On pouvait noter également la présence de plusieurs prêtres, dont des Secrétaires Exécutifs Nationaux des Commissions épiscopales, de religieuses ainsi que des fidèles laïcs, notamment une forte délégation de la Légion de Marie.

 2-C’est dans une ambiance conviviale que la cérémonie d’ouverture a commencé par le mot d’accueil du Révérend Père Yves Abba GBAKRE, curé de la paroisse Saint Augustin de Bingerville, au nom de Son Eminence Jean-Pierre Cardinal KUTWA, Archevêque métropolitain d’Abidjan. Le délégué de l’Archidiocèse d’Abidjan a souhaité la bienvenue aux Evêques dans cette ville qui est pour l’Eglise en Côte d’Ivoire, « le berceau du presbytérat ivoirien ». Il a assuré les Evêques des prières du peuple de Dieu et imploré l’assistance du Saint-Esprit afin que leur séjour de travail soit fructueux.

 3-Le second intervenant fut son Excellence Paolo BORGIA, Nonce Apostolique en Côte d’Ivoire. Il s’est dit heureux de participer à la 121ème Assemblée Plénière des Evêques à qui il a adressé son salut cordial et fraternel, ainsi que ses chaleureuses félicitations à Son Excellence Mgr TOUABLY Youlo, nouvellement élu président de la RECOWA-CERAO. Le Nonce a évoqué la récente visite du Cardinal Secrétaire d’Etat du Vatican, Son Eminence Pietro Cardinal PAROLIN. Cette visite a été l’occasion pour le Secrétaire d’Etat d’ordonner le 1er Nonce Apostolique ivoirien en la personne de Son Excellence Mgr Jean-Sylvain Emien MAMBE et de célébrer le cinquantenaire des relations entre la Côte d’Ivoire et le Saint-Siège.

S’arrêtant longuement sur le synode dont la phase diocésaine tire à sa fin, le Nonce a souligné l’importance de la communion et de la synodalité, ce « marcher-ensemble », dont les différentes formes et structures-paroissiales, diocésaines et même épiscopale-sont à prendre en compte. En terminant son allocution, il a souhaité plein succès aux travaux de l’Assemblée des Evêques et ce, sous la protection de la Vierge Marie.

4-Le dernier à prendre la parole a été Son Excellence Jean-Jacques KOFFI Oi KOFFI, Vice-Président de la CECCI. Il a souhaité la bienvenue à tous ; après quoi, il a évoqué les points à l’ordre du jour des travaux de la présente Assemblée. Il s’agit notamment :

De l’analyse de la synthèse des rapports des Commissions épiscopales et des Aumôneries nationales de l’état des finances de la CECCI.

 5-A la fin de la première journée, les Evêques ont concélébré la messe solennelle d’ouverture à la paroisse Saint Marcel d’Akouai Santai. Elle fut présidée par Son Excellence Mgr Jean-Jacques KOFFO Oi KOFFI, Vice-Président de la Conférence. Et Son Excellence Mgr Alexis en a assuré l’homélie dans laquelle il a invité le peuple de Dieu a toujours gardé sa confiance dans le Seigneur qui demeure avec nous.

Les jours suivants, les Evêques ont travaillé les différents points à l’ordre du jour.

Le samedi 21 mai, dans le cadre des œuvres de miséricorde corporelle, les Archevêques et Evêques de Côte d’Ivoire, répartis en plusieurs groupes, ont effectué des visites à différentes structures dont le Petit Séminaire Saint Augustin de Bingerville

L’orphelinat de Bingerville,

L’hôpital psychiatrique de Bingerville

Le village Marchoux de Bingerville.

Ils ont ainsi manifesté aux pensionnaires de ces structures, leur sollicitude paternelle et offert des présents.

 6-Le dimanche 22 mai 2022, une messe solennelle de clôture a été célébrée à la paroisse Saint Ambroise du Jubilé à Angré, en présence des autorités civiles et d’une grande foule de fidèles laïcs. Cette messe a été présidée par Son Eminence Jean-Pierre Cardinal KUTWA, Archevêque métropolitain d’Abidjan.

7-Au terme de cette 121ème Assemblée Plénière, les Archevêques et Evêques de Côte d’Ivoire expriment leur gratitude à la province ecclésiastique d’Abidjan, et particulièrement à l’Archidiocèse d’Abidjan, avec à sa tête Son Eminence Jean-Pierre Cardinal KUTWA, l’Ordinaire du lieu. Ils saluent avec gratitude le clergé, les religieux et religieuses, les fidèles laïcs, les autorités civiles, la presse, les Forces de Défense et de Sécurité (FDS), le corps médical, le personnel du Centre Sainte Thérèse, en particulier l’aumônier Mgr Jean-Baptiste AKWADAN, chapelain de Sa Sainteté, les religieuses, la chorale Saint Kizito qui a animé toutes les célébrations de la semaine, et toutes les personnes qui ont contribué à rendre leur séjour agréable.

La prochaine Assemblée Plénière de la Conférence des Evêques Catholiques de Côte d’Ivoire se tiendra à Bouaké du 23 au 29 janvier 2023.

 Fait à Abidjan, le 22 mai 2022

Les Archevêques et Evêques de Côte d’Ivoire

 COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Les Archevêques et Evêques catholiques de Côte d’Ivoire se sont réunis du 16 au 22 mai 2022 au Centre Sainte Thérèse de Bingerville, pour la 121ème Assemblée plénière de leur Conférence. Cette deuxième session de l’année 2022 était essentiellement consacrée à l’analyse des Rapports d’activités des Aumôneries et Secrétariats Exécutifs Nationaux au service de la Conférence des Evêques catholiques de Côte d’Ivoire (CECCI).

La cérémonie officielle d’ouverture a eu lieu mardi 17 mai à l’Auditorium du petit Séminaire de Bingerville, en présence du Nonce Apostolique en Côte d’Ivoire, Son Excellence Mgr Paolo BORGIA, du Préfet d’Abidjan Monsieur GOUN François Germain et de nombreux prêtres, religieux, religieuses et fidèles laïcs de l’Archidiocèse d’Abidjan.

A l’issue de leurs travaux, les Archevêques et Evêques ont pris d’importantes résolutions relatives à la marche des services d’Eglise en Côte d’Ivoire.

1. Au titre de la Commission pour l’Education catholique

La CECCI autorise le Président de la Commission pour l’Education Catholique à faire éditer au plus tôt, l’Annuaire National des Ecoles Catholiques pour clarifier la situation d’appartenance aux Associations Diocésaines et Nationale des Ecoles Catholiques. Par ailleurs, en vue de consolider l’identité religieuse et spirituelle des écoles catholiques en Côte d’Ivoire, la Commission Episcopale pour l’Education Catholique organisera tous les deux ans un Pèlerinage National ou un Pèlerinage Diocésain pour le Personnel de l’Education Catholique, dont le premier aura lieu à la Basilique Notre Dame de Yamoussoukro, au début du mois de décembre 2022.

2. Au titre de la Commission pour Catéchèse

Pour rappeler aux prêtres leur devoir pastoral d’enseigner eux-mêmes la catéchèse, selon la recommandation de la lettre pastorale des Evêques sur l’importance de la catéchèse dans la mission de l’Eglise en Côte d’Ivoire, la CECCI décide d’écrire une note afin d’exhorter chaque prêtre du pays à s’impliquer personnellement dans l’enseignement de la catéchèse sur sa paroisse. Concrètement, chaque prêtre sera responsable d’une classe de catéchèse et il y transmettra la Foi aux catéchumènes, en vue de la réception des sacrements de l’initiation chrétienne.

3. Au titre de la Commission pour l’Apostolat des Laïcs

La Conférence épiscopale a demandé et obtenu du Cardinal KUTWĂ, que la chapelle Saint André du Camp militaire d’Akouédo, dans l’Archidiocèse d’Abidjan, soit désormais le Siège National de l’Aumônerie Militaire Catholique. Le Président de la Commission épiscopale pour l’Apostolat des Laïcs est chargé des modalités pratiques de mise en œuvre de cette résolution.

4. Au titre de la Commission pour le Clergé, les Séminaires et la Pastorale des Vocations

La CECCI rappelle à tous les Séminaires qui n’ont pas de Conseil pour les Affaires économiques, l’obligation de mettre en place cette structure de bonne gestion et de transparence, au cours de l’année académique 2022-2023, en tenant compte du nombre de leurs formateurs.  Le Secrétariat Permanent pour les Affaires Economiques les accompagnera par la formation de tous les acteurs des Séminaires et des Secrétariats Exécutifs Nationaux au plan administratif, financier, comptable et juridique, pour une meilleure gestion des institutions catholiques.

5. Au titre des nominations

Quelques réaménagements techniques sont intervenus au sein de trois Secrétariats Exécutifs Nationaux, notamment ceux de la Commission pour l’œcuménisme et le Dialogue inter-religieux, l’Apostolat des Laïcs et les Moyens de communication sociale. Pour cette dernière commission, les Evêques ont jugé de l’opportunité de créer un poste d’Administrateur des Médias catholiques, chargé de coordonner et de travailler au développement des organes de presse catholiques en Côte d’Ivoire. Les noms de ces nouveaux collaborateurs seront rendus publiques dans les prochains jours.

Rappelons que la Messe d’ouverture de cette Assemblée plénière a eu lieu le mardi 17 mai à la Paroisse Saint Marcel d’Akouai-Santé de Bingerville, présidée par le vice-président, Mgr Jean-Jacques Koffi Oi KOFFI. La Messe de clôture, quant à elle, était présidée par Son Eminence Jean-Pierre Cardinal KUTWĂ à la Paroisse Saint Ambroise du Jubilé de Cocody-Angré, ce Dimanche 22 mai, , avec la participation de nombreux fidèles laïcs, dont le Maire de la Commune de Cocody, Monsieur YACÉ.

RP Emmanuel WOHI NIN

Secrétaire Général

 

CLOTURE DES TRAVAUX DE LA CONFERENCE EPISCOPALE DE L’ANNEE 2022

 Frère et sœurs, la nouvelle de ce matin est très bonne.

Paroissiens et paroissiennes de Saint Ambroise du Jubilé, vous conviendrez avec moi que ce qui va se passer ce matin dans cette église est sans précèdent.

Par la grâce de Dieu, notre paroisse  accueille le Nonce, l’Archevêque  et les Evêques de Côte d’Ivoire, réunis pour la célébration Eucharistique.

Que la gloire soit rendue à DIEU !

Eminences, le conseil paroissial pastoral de Saint Ambroise du Jubilé avec à sa tête le Père Curé Emmanuel SAWADOGO est dans l’allégresse et vous souhaite la bienvenue.

En effet, à la fin des travaux de la Conférence Episcopale des Evêques catholiques qui se sont tenus du 17 au 21 mai, votre choix s’est porté sur notre paroisse pour la messe d’action de grâce de clôture.

Très touchés par l’intérêt que vous portez à notre église paroissiale, nous voudrions par ces mots vous exprimer notre  reconnaissance et par la même occasion vous souhaiter une excellente fin de travaux.

Bonne célébration Eucharistique à tous et à toutes.

 M. DOSSEH Augustin

Vice-Président  du Conseil Paroissial de Saint Ambroise du Jubilé

 


MOT DE REMERCIEMENT A LA FIN DE LA MESSE DE CLOTURE DE LA CECI

Dimanche 22 mai 2022, paroisse saint Ambroise du Jubilé

 

Eminence cardinal Jean-Pierre KUTWA, Archevêque métropolitain d’Abidjan ;

Excellence Mgr Paolo BORGIA, Nonce Apostolique en Côte d’Ivoire,

Mgr Alexis TOUABLI YOULO, Evêque d’Agboville, Administrateur du diocèse de Yamoussoukro, Président de la Conférence des évêques de l’Afrique de l’Ouest,

Mgr Ignace BESSI DOGBO, Archevêque de Korhogo et Président de la Conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire,

Excellence nos Seigneur, Archevêques et Evêques de Côte d’Ivoire,

Monsieur Jean Marc YACE, Maire de cocody,

Honorables invités, frères et sœurs du Doyenné Mgr Blaise ANOH, frères et sœurs de la paroisse Saint Ambroise du Jubilé, frères et sœurs venus de près ou de loin pour vivre cette célébration eucharistique qui clôture les travaux de la 121ème Assemblée plénière des évêques catholiques de Côte d’Ivoire, je voudrais vous saluer et avec vous remercier Dieu pour cette occasion plus unique que rare, qui voit tous les évêques de notre pays se rassembler dans notre église paroissiale.

Chers pères évêques, nous avons prié pour le bon déroulement de vos assises et nous sommes heureux de savoir qu’avant de regagner vos diocèses respectifs, vous marquez un arrêt chez nous, pour nous donner la bénédiction qui va nous fortifier dans notre marche quotidienne à la suite du Christ, sur le chemin de la synodalité, qui est un chemin de communion, de participation et de mission, un chemin qui devrait engager tous ceux qui portent le très beau nom de chrétien à témoigner amoureusement du Christ et de son Esprit. Le monde en a tellement besoin et notre pays la Côte d’Ivoire en particulier.

Il semble en effet, que beaucoup de jeunes vont à Dubaï pour y perdre leur dignité, tout comme beaucoup d’autres sur place la perde chaque jour dans une qualité de vie médiocre qu’ils entretiennent par la paresse, la malhonnêteté, la corruption morale et la vie facile. Il semble aussi qu’ils n’ont pas souvent le choix parce qu’ils ne trouvent plus facilement ni modèles, ni repères. Ils quittent alors le chemin de la communion et le champ de la mission.

Hier, des jeunes et des adultes de notre paroisse, au nombre de 102 ont reçu le baptême et la première communion. Ils sont revenus ce matin, pour remercier le Christ et l’Eglise pour cette nouvelle vie qui commence en eux et pour eux.

J’implore pour eux une bénédiction spéciale qui vient de vous, afin qu’ils soient forts de la force du Christ : « Vous allez recevoir une force quand le Saint Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre » Cf. Ac 1, 8. Qu’il en soit ainsi pour eux.

Eminence, Excellences, honorables invités, Ubi missa, ibi mensa. La générosité spontanée des fidèles d’ici et d’ailleurs a permis de préparer ce qu’il faut pour refaire vos forces avant le retour chez vous. Eux aussi, bénissez-les, priez pour eux.

Encore une fois, merci infiniment d’avoir fait le déplacement jusqu’ici et merci surtout de nous garder dans vos prières quotidiennes.

Père Emmanuel SAWADOGO

Curé de Saint Ambroise du Jubilé d’Angré