A la Une

  • LA 2ème EDITION DE LA RENCONTRE  AVEC L’AUMONERIE MILITAIRE CATHOLIQUE D’ABIDJAN

    LA 2ème EDITION DE LA RENCONTRE AVEC L’AUMONERIE MILITAIRE CATHOLIQUE D’ABIDJAN

  • JOURNEE DE SANCTIFICATION POUR LES PRETRES DE  L’ARCHIDIOCESE D’ABIDJAN 2024

    JOURNEE DE SANCTIFICATION POUR LES PRETRES DE L’ARCHIDIOCESE D’ABIDJAN 2024

  • HOMELIE DU TRES SAINT SACREMENT    PAROISSE NOTRE DAME DE LA PAIX AKOUEDO- EST (Synatrésor)

    HOMELIE DU TRES SAINT SACREMENT PAROISSE NOTRE DAME DE LA PAIX AKOUEDO- EST (Synatrésor)

  •  REQUIEM DU PRESIDENT HENRI KONAN BEDIE : LE CARDINAL JEAN- PIERRE KUTWA A PRESIDEE LA MESSE EN LA CATHEDRALE SAINT D’ABIDJAN

    REQUIEM DU PRESIDENT HENRI KONAN BEDIE : LE CARDINAL JEAN- PIERRE KUTWA A PRESIDEE LA MESSE EN...

LES SACREMENTS DE BAPTEME ET DE L’EUCHARISTIE CONFERES AUX JEUNES ET ADULTES DE LA PAROISSE NOTRE DAME DE L’ESPERANCE DE PAILLER- ADJAME LE 14 MAI 2023

Ce dimanche 14 Mai 2023, 6ème dimanche de pâques, au cours de la messe de 09h00, le père Daniel ACAFFOU, curé de la paroisse a conféré les sacrements de Baptême et l’Eucharisties aux jeunes et aux adultes. Ils étaient au nombre de 16 (9 jeunes et 7 adultes) dont 14 pour le baptême et 2 déjà baptisés qui se sont joints aux autres pour la première communion.

 Le curé était entouré de son vicaire, un confrère venu pour la circonstance, du diacre et de séminaristes de la paroisse. Le diacre l’abbé Hervé YAO a dit l’homélie

Père Jean-Baptiste DIAHOU


Homélie du 14 mai 2023, 6ème dimanche de Pâques A

Ac 8, 5-8. 14-17 ; Ps 65 ; 1P 3, 15-18 ; Jn 14, 15-21

« Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie, Alléluia ».

Frères et sœurs, depuis la vigile pascale, nous célébrons jour après jour la résurrection de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. C’est donc une grande joie et une grande paix que nous célébrons chaque jour mais plus encore en ce jour où notre communauté paroissiale s’agrandit par le baptême et la première eucharistie de certains de nos frères et sœurs. Pour eux et pour nous tous ici, nous voulons reprendre l’antienne d’ouverture chanter par la chorale à l’entame de cette messe : « avec des cris de joie, répandez la nouvelle, portez-la jusqu’au bout du monde : le Seigneur a libéré son peuple ».

Cette antienne nous indique clairement que ce dimanche porte notre regard sur la mission, laquelle ne peut être possible que par le concours de l’Esprit Saint. Il est le Défenseur et l’Esprit de vérité. Il ne peut agir efficacement que dans la vie de ceux qui le connaissent. Par son entremise, le Christ demeure vivant auprès des siens, pas seulement lui mais son Père également. Ainsi, c’est toute la Trinité qui se fait proche dans ce nouveau mode de présence qu’inaugure l’Esprit Saint. C’est une présence aimante à laquelle nous ne pouvons répondre qu’avec amour. En réalité, le Christ fait une promesse à ceux qui l’aiment et qui pour cet amour acceptent et gardent ses commandements. En fait, si nous avons prêté attention, nous avions pu nous rendre compte que la recommandation « garder les commandements comme signe de l’amour » pour Jésus se trouve au début et à la fin du texte : c’est ce qu’on appelle une inclusion. Cela souligne la nécessité du témoignage de vie du disciple du Christ.

Le témoignage de vie est la première manière sinon la façon la plus plausible de présenter le Christ au monde, de maintenir son œuvre rédemptrice et l’action providentielle du Père dans notre monde. En effet, si le temps pascal tend vers sa fin, la réalité qu’il célèbre et le mystère dans lequel il nous introduit sont toujours d’actualité. C’est ce qui constitue la nouvelle qui se doit d’être vécue et annoncée. Cette vérité de notre foi a besoin d’être défendue. Saint-Pierre nous le dit dans la deuxième lecture de ce jour : « Soyez prêts à tout moment à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous ». Il nous invite ici à quitter le sentimentalisme religieux, la croyance sensationnelle et obsessionnelle qui trop souvent obscurcissent la foi.

A vrai dire, la mission qui est la nôtre consiste non seulement à connaitre le Christ, et avec lui l’Esprit Saint et le Père mais aussi à les faire connaitre. Si la meilleure manière de connaitre le Seigneur demeure « l’aimer en gardant ses commandements », il n'en demeure pas moins que le faire connaitre en appelle à notre capacité intellectuelle et au témoignage de vie. Car, il ne s’agit pas seulement de dire, de parler, de transmettre des informations, non frères et sœurs ! Il s’agit plutôt de faire transparaître une expérience de vie, mieux c’est joindre l’acte à la parole. Le faisant, nous confondrons ceux qui se moquent de nous, comme l’indique l’apôtre Pierre, pas seulement eux mais le monde qui s’apparente à la Samarie dont il est question dans la première lecture. Ce monde qui est devenu  un lieu d’impiété, d’immoralité, d’idolâtrie, versé dans l’opulence et la recherche du bien matériel sans mesure. Notre monde actuel fait peur. Il est la Samarie nouvelle, paralysé par ses illusions dont le langage est fortement marqué par les maitres mots suivant : paiya, sur le meta, c’est les giga, bordure, c’est le game, le buzz, les gbairai, gérer bizi, shugar daddy, gnahi etc. Il nous faut relever  ce monde de son sommeil pour qu’il retrouve sa véritable joie et que la terre entière acclame Dieu et chante le Seigneur. Oui, notre monde a érigé ses plaisirs en un autre dieu, au point que baptisé d’accord mais le dimanche jour du Seigneur est sacrifié au seigneur Bordure dont la célébration commence depuis le paiya de la veille au soir du samedi, que dis-je ? Depuis le vendredi, début du week-end où il y a cailloux dans zoreilles et on ne donne pas conseil. Tout ceci financé par des shugar Daddy et des gnahi qui malgré leur âge se mettent dans le game du Maïmouna se laissant entrainer dans les giga et deviennent par-là, sujet de gbairai et de buzz. Hélas ! Dommage ! C’est bien dommage que nous nous laissons drainer par l’esprit du monde au détriment de l’Esprit que nous avons reçu. Mais vous, chers amis, vous qui aujourd’hui malgré ce monde rempli de superficialité avez décidé de suivre le Christ par la réception des sacrements du baptême et de l’eucharistie, qu’il n’en soit pas ainsi pour vous. Je ne dirai pas plus, sinon reprendre pour vous la deuxième lecture que je vous propose de photocopier et l’apprendre par cœur.

-         Honorez dans vos cœurs la sainteté du Christ. Être chrétien, c’est chercher avant tout la sainteté.

-         Soyez capables de parler, d’annoncer le Christ.

-         A ceux qui se moquent de vous et vous contrarient, répondez par votre bonne conduite dans le Christ.

-         Dans les difficultés que vous rencontrerez, ayez en tête que celui que vous suivez et qui a également souffert, est mort mais est ressuscité, c’est le Christ.

En réalité, ces sacrements que vous allez recevoir, ne sont pas des diplômes mais le début d’une mission, le début d’une vie toute tournée vers le Seigneur. Vous serez désormais prophètes, prêtres et rois.

Prophète parce que vous devez annoncer le Christ ressuscité, roi parce que vous êtes l’exemple, celui que l’on doit suivre et enfin prêtre car vous êtes désormais des hommes et des femmes de prière.

 A nous tous ici rassemblés, cette célébration nous interroge sur notre propre engagement baptismal et les motivations profondes de notre vie chrétienne. Demandons au Seigneur qui nous promet son assistance par la venue de l’Esprit Saint,  de nous aider à remplir notre responsabilité de témoins les uns envers les autres, afin de participer efficacement à la mission de l’Eglise qui est aussi la nôtre. Amen.

Abbé Hervé YAO

Homélie prononcée le 14 mai 2023 en la Paroisse Notre Dame de l’Espérance de Pailler