A la Une

  •  REQUIEM DU PRESIDENT HENRI KONAN BEDIE : LE CARDINAL JEAN- PIERRE KUTWA A PRESIDEE LA MESSE EN LA CATHEDRALE SAINT D’ABIDJAN

    REQUIEM DU PRESIDENT HENRI KONAN BEDIE : LE CARDINAL JEAN- PIERRE KUTWA A PRESIDEE LA MESSE EN...

  • ARCHIDIOCESE D’ABIDJAN : LE PAPE FRANCOIS ACCEPTE LA DEMANDE DE RENONCIATION DU SIEGE EPISCOPAL DE L’ARCHIDIOCESE D’ABIDJAN PAR LE CARDINAL JEAN- PIERRE KUTWA.

    ARCHIDIOCESE D’ABIDJAN : LE PAPE FRANCOIS ACCEPTE LA DEMANDE DE RENONCIATION DU SIEGE EPISCOPAL...

  • CONFIRMATION DES JEUNES DE L’ARCHIDIOCÈSE D’ABIDJAN  Cathédrale Saint Paul du Plateau Dimanche 19 mai 2024

    CONFIRMATION DES JEUNES DE L’ARCHIDIOCÈSE D’ABIDJAN Cathédrale Saint Paul du Plateau Dimanche 19...

  • CONFIRMATION 2024 DES ENFANTS ET ADULTES DES DOYENNES MONSEIGNEUR ALBERT ABLE ET PERE EUGENE NEVRY

    CONFIRMATION 2024 DES ENFANTS ET ADULTES DES DOYENNES MONSEIGNEUR ALBERT ABLE ET PERE EUGENE NEVRY...

HOMELIE DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWÃ ARCHEVEQUE METROPOLITAIN D’ABIDJAN A L’OCCASION DE LA MESSE DU JOUR DE PAQUES

 Cathédrale Saint Paul du Plateau

Abidjan le 31 mars 2024

Révérend Père André N’KAYO, Curé de la cathédrale, ses vicaires et son Conseil pastoral paroissial,
Révérends Pères,
Chers frères et sœurs,

Dans la nuit d’hier à aujourd’hui, un événement majeur a bouleversé l’histoire de l’humanité ! En effet, le complot ourdi contre un homme qui passait son temps à faire le bien, a abouti à son arrestation et à sa condamnation à mort après un jugement des plus iniques !

Abandonné de tous, seul face à son destin, la cause était entendue pour lui ! Il devrait mourir, être porté en terre et vite oublié, pour que la quiétude revienne dans la ville, que les pouvoirs qui semblaient menacés soient saufs, avait-on cru !

Calculs des hommes d’hier qui ont cru, par la perfidie, mettre sous le boisseau la Lumière du monde ! Calculs des hommes d’hier qui, plutôt que de se convertir, ont préféré la mort de l’innocent ! Calculs des hommes d’hier, qui ont préféré Barabbas le brigand, au Fils de la Vierge !

Calculs des hommes d’aujourd’hui, qui vivent en oubliant que quelqu’un a payé le prix, pour qu’ils soient réellement libres et vivent en frères ! Calculs des hommes d’aujourd’hui qui refusent de comprendre que cette mort avait été acceptée pour que plus jamais la haine, les mensonges, les faux témoignages et autres mauvais sentiments, prennent le dessus dans nos relations interpersonnelles !

Hier, la sixième heure avait été fatidique ! La mort avait cru avoir le dessus ! Le tombeau, de même que la lourde pierre qui devrait le refermer, étaient sensés le réduire au silence à jamais ! Et les hommes ont éprouvé le silence de Dieu ! Espoir à jamais perdu ! Mais voici qu’au matin de Pâques, la nouvelle, la bonne nouvelle tombe : le Crucifié est ressuscité ! Il est vivant ! Sur Lui, le dard de la mort n’a eu aucun effet ! Une nouvelle espérance nous est offerte !

Oui sans Pâques, la vie de Jésus se serait soldée par un retentissant échec ! L’Eglise notre mère a eu raison, quand elle nous invitait à joindre nos voix à celles des anges pour chanter et exulter ! Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! La lourde pierre du tombeau, la chappe de plomb qui pesaient sur notre humanité, ont été soulevées par l’Amour vainqueur et triomphateur !

Frères et sœurs,

Que peut signifier Pâques pour nous aujourd’hui ? Que nous enseigne le Ressuscité de Pâques dans le contexte actuel de nos sociétés ? Avec vous, je voudrais imaginer un Jésus revanchard, prêt à en découdre avec ses bourreaux d’hier ! Que seraient devenus Judas, Pierre, Pilate, le Sanhédrin et osons le, nous-mêmes si prompts à ne négliger aucun mal, cherchant la meilleure riposte ne serait-ce que pour équilibrer les forces en présence ? C’est ici que les lectures de ce jour doivent guider non seulement notre réflexion mais également, notre agir !

Dans la deuxième lecture, l’invitation de Saint Paul aux Corinthiens doit avoir dans nos cœurs, un écho particulier : ‘‘purifiez-vous donc des vieux ferments, et vous serez une pâte nouvelle, vous qui êtes le pain de la Pâque, celui qui n’a pas fermenté. Car notre agneau pascal a été immolé : c’est le Christ !’’ Se purifier, c’est se débarrasser de ses impuretés, clarifier, purifier, filtrer, ôter les souillures qui sont les nôtres et Dieu seul comment est l’état de nos cœurs bien des fois ! Et si nous ne comprenons pas l’invitation de Saint Paul, écoutons-le encore une fois nous dire : ‘‘célébrons la Fête, non pas avec de vieux ferments, non pas avec ceux de la perversité et du vice, mais avec du pain non fermenté, celui de la droiture et de la vérité.’’

Voici ce que doit être la vie du chrétien au lendemain de Pâques ! Cela est possible, à condition de mettre nos pas dans ceux du Ressuscité ! Hier abandonné de tous, il nous montre que le meilleur est toujours possible mais surtout, reste à construire ! Hier trahi par Judas, renié par Pierre, il nous enseigne qu’il ne faut jamais désespérer de personne ! La vengeance entraine toujours la vengeance et seuls la paix et l’amour ouvrent pour nous des perspectives toujours nouvelles !

En parlant de perspectives nouvelles, je pense bien humblement, qu’il nous faut simplement clarifier, purifier et filtrer notre engagement au service de la paix et de la réconciliation, dans notre marche commune ! Je voudrais citer ici le Pape Benoît XVI, de vénérée mémoire : ‘‘ l’engagement de l’Afrique pour le Seigneur Jésus-Christ est un trésor précieux… Cette mission porte l’Afrique à approfondir la vocation chrétienne. Elle l’invite à vivre, au nom de Jésus, la réconciliation entre les personnes et les communautés, et à promouvoir pour tous la paix et la justice dans la vérité.’’ Cf Africae Munus n°1

Révérends Pères,                                                                                Chers frères et sœurs,

De par notre baptême, nous avons été nous aussi plongés dans la mort et la résurrection du Christ ! Quarante jours durant, nous nous sommes entrainés ! S’ils font finis les jours de la passion et qu’il nous faut suivre les pas du Ressuscité, cela va de pair avec notre engagement dans la société ! C’est bien ce que je vous partageais déjà à l’occasion de la rentrée pastorale : ‘‘l’Église synodale est avant tout, l’Église des baptisés… dans laquelle les ministres ordonnés autant que les laïcs sont appelés à participer activement chacun, selon son charisme propre, à la mission salvifique du Ressuscité… Il existe comme une communauté de destin entre les fidèles et le Christ, entre les membres de l’Église que nous formons avec lui. Nous devons donc démontrer une présence plus intense et une participation plus active à la vie de l'Église…’’ mais également de la société dans laquelle nous vivons ! Le Christ est ressuscité et désormais, tout devient possible !

Je cite encore le texte de la rentrée pastorale : ‘‘le Christ n’a pas vécu en survolant son temps et son époque. Il a porté et assumé son temps, à travers un service qui s’est avéré don de sa vie aux hommes… Ce qui est premier, c’est la charité et la mission commune qui les fonde et les unit : l’amour rédempteur du Christ qui les vivifie et les porte à révéler au monde son visage, lui qui est venu faire de tous un seul peuple.  L’Église, en effet, a une double mission : servir Dieu en servant les hommes, et servir les hommes en servant Dieu. Il n’y a aucun service de Dieu qui s’épuise en lui-même, sans qu’il ne se décline dans le service de l’homme ; tout comme il ne peut y avoir un service pour l’homme qui ne conduise à une louange à Dieu. La crédibilité de l’Église [et partant des chrétiens que nous sommes], découlera donc de sa capacité à servir, à se mettre au service du monde, considéré comme le grand temple ouvert que Jésus lui a laissé depuis son Ascension, pour continuer la diaconie de l’amour, la diaconie de l’homme.’’ Fin de citation

Frères et sœurs,

L’évangile de ce jour s’achève sur une belle note : ‘‘il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts !’’ Cette obligation, est celle qui doit fonder désormais notre agir. Comme disait le Pape François, faisant référence à Marie Madeleine qui se hâte d’aller, au tombeau de Jésus de bon matin, nous aussi, : ‘‘hâtons-nous de grandir sur un chemin de confiance réciproque : confiance entre les personnes, entre les peuples et les nations. Laissons-nous surprendre par la joyeuse annonce de Pâques, par la lumière qui illumine les ténèbres et l’obscurité dans lesquelles le monde se trouve enveloppé trop souvent. Hâtons-nous de surmonter les conflits et les divisions et d’ouvrir nos cœurs à ceux qui en ont le plus besoin. Hâtons-nous de parcourir des sentiers de paix et de fraternité.’’ Message de Pâques 2023.

Révérends Pères,                                                                                Chers frères et sœurs,

Nous avons une grande responsabilité désormais et plus d’excuse pour ne pas agir ! Nous avons une vocation dans le monde de ce temps, et c’est le Ressuscité de Pâques qui nous la confère : elle consiste à prendre le relais du Seigneur, fortifiés par les énergies de Pâques ! Je ne le dirai jamais assez : notre monde, tel qu’il se présente aujourd’hui, avec ses contradictions et ses compromissions, exige et appelle, notre responsabilité de Chrétiens et de chrétiennes, qu’il convient d’assumer entièrement dans l’amour d’un élan synodal. Cet engagement synodal qui est à la fois, grâce et responsabilité, le Pape François le présente comme une urgence : ‘‘le monde dans lequel nous vivons, et que nous sommes appelés à aimer et à servir, même dans ses contradictions, exige de l’Église le renforcement des synergies dans tous les domaines de sa mission.’’

Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! Allons donc annoncer à notre tour, de toutes nos forces, à ceux que le Seigneur mettra sur les chemins de nos vies, cette Bonne Nouvelle : la mort pour une fois a trouvé plus forte qu’elle et il en sera toujours ainsi, chaque fois que nous épouserons les sentiments de Jésus ressuscité ! Je prie pour qu’il en soit ainsi pour chacun de nous tous !

Christ est ressuscité ! Dieu notre Père nous ouvre la vie éternelle par son Fils ! Puissions-nous être à sa suite, des porteurs de vie là où le monde enseigne la mort ! Sur ces mots, je vous souhaite à tous une joyeuse, sainte, sereine et merveilleuse fête de Pâques ! Bonne fête à tous et particulièrement à ceux qui portent les prénoms de Pascal et de Pascaline !

+ Jean Pierre Cardinal KUTWÃ
Archevêque Métropolitain d’Abidjan