A la Une

  • VICARIAT MONSEIGNEUR JEAN- BAPTISTE BOIVIN : LES PRETRES ONT FAIT LEUR RECOLLECTION DE CAREME

    VICARIAT MONSEIGNEUR JEAN- BAPTISTE BOIVIN : LES PRETRES ONT FAIT LEUR RECOLLECTION DE CAREME

  • MERCREDI DES CENDRES 2024 À SAINT JEAN DE COCODY

    MERCREDI DES CENDRES 2024 À SAINT JEAN DE COCODY

  • « À travers le désert Dieu nous guide vers la liberté  » : message du Pape pour le Carême 2024

    « À travers le désert Dieu nous guide vers la liberté » : message du Pape pour le Carême 2024

  • JUBILE DE DIAMANT DU REVEREND PERE NIANGO ATSAIN SIMEON

    JUBILE DE DIAMANT DU REVEREND PERE NIANGO ATSAIN SIMEON

PREMIER DIMANCHE DE CAREME ET RECOLLECTION 2023

DOYENNE Jean Baptistes TILO

Paroisse Sainte Famille de la Riviera 2

Depuis le mercredi 22 février 2023, les chrétiens catholiques sont rentrés en Carême, elle durera jusqu’à Pâques, jour de la résurrection de Jésus.

Le premier dimanche de Carême, en général, les curés de Paroisses en profitent pour faire une petite recollection aux fidèles paroissiens. Elle consiste à un bref enseignement suivi de la messe. C’est ce que le Père Sylvain KOUASSI, curé de la paroisse Sainte Famille de la  Riviera 2 a fait pour ses paroissiens.

 

Au cours des deux messes dominicales ; 6h 30 et 10h 30, un enseignement sur le thème : « Marchons dans la Vérité avec Jésus souffrant pour faire advenir un monde Justice. »

C’est le Père Olivier Guy Serge M’GBESSO, Vicaire à la paroisse Notre Dame de la Tendresse Cocody Golf qui a donné l’enseignement. L’instruction était précédée de la récitation du chapelet et de louanges adressés au Seigneur.

Malgré la longueur de la célébration, les fidèles sont venus nombreux.

                                                             Père Jean-Baptiste DIAHOU


Recollection du temps de carême Dimanche 26 février 2023 (P. Olivier M’BESSO)

Thème : « Marchons dans la vérité avec Jésus souffrant pour faire advenir un monde de Justice »

Prière d’ouverture

Chers Frères et sœurs, paroissiens et paroissiennes de Sainte Famille de la Riviera 2, « le Seigneur soit avec vous. R. / et avec votre Esprit ».  C’est avec cette salutation liturgique qui invoque pour vous et pour moi l’aide et l’assistance du Seigneur que je voudrais débuter ce temps d’enseignement. En vérité Jésus nous l’a dit en Jean 15,5 « Sans moi vous ne pouvez rien faire. En entrant avec vous dans ce temps de récollection et particulièrement dans ce temps d’enseignement, je voudrais nous inviter à nous tourner vers le Seigneur, à tourner vers lui nos cœurs et à lui demander de nous disposer à faire avec profit ce temps de récollection.

+ Au nom du père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen                                   

Seigneur Jésus, tu nous as rassemblés ici en ce matin pour nous faire vivre ensemble cette récollection paroissiale du temps de Carême. Tu nous connais, tous nos chemins sont devant toi, et pourtant tu jettes sur nous en ce matin ton regard d’amour, nous invitant à marcher à ta suite à t’imiter tout au long de ce temps de carême, dispose nos cœurs et nos esprit à l’écoute de ta Parole rends nous dociles à l’action de l’Esprit Saint tout au long de ce temps de carême pour que répondant aux sollicitations de ton Esprit, nous nous laissions transformer et convertir et transformions à notre tour, à la manière d’un ferment, ce monde au cœur duquel tu nous appelles à te suivre. Toi qui vis et règne pour les siècles et des siècles. Amen.

+ Au nom du père, et du Fils, et du Saint Esprit. Amen

INTRODUCTION

Chers frères et sœurs, nous voici entrés dans ce temps de carême depuis le mercredi des cendres, et en ce 1er dimanche de carême, à l’instar des paroisses de notre archidiocèse nous effectuons notre recollection du temps de carême. Depuis  quelques années en effet, pour nous aider à mieux entrer et à mieux vivre ce temps de carême, notre archidiocèse nous offre ce temps de recollection paroissiale. Cette année, en lien avec le thème de l’année pastorale, notre Doyenné nous propose de faire chemin avec le Christ souffrant, dans la vérité pour faire advenir un monde de justice. Le thème de notre recollection paroissiale est ainsi formulé : « Marchons dans la vérité avec Jésus souffrant pour faire advenir un monde de Justice ».

Tel que formulé, ce thème nous invite à entrer dans une dynamique, à nous mettre en mouvement, en marche, non pas de façon solitaire mais de façon synodale: marcher ensemble dans la vérité en imitant le Christ le Christ souffrant pour faire advenir ce monde de justice et de paix tant souhaité par tous. Pour entrer dans l’intelligence de ce thème je nous propose de commencer par

  • Ø comprendre les notions de vérité et de justice dans leurs différentes acceptions biblique,

Puis à travers 3 grands axes nous verrons successivement  

  • Ø la nécessité de l’agir humain dans la restauration de l’harmonie originelle dans la création,
  • Ø comment marcher dans la vérité avec le Christ comme exigence pour le chrétien en ce temps de carême,
  1. 1.      et enfin la nécessaire imitation du Christ souffrant dans le combat pour l’instauration de la justice

v Approche des notions de vérité et de justice dans la Bible.

Notion de ‘‘Vérité’’ : le terme vérité est utilisé dans différentes acceptions dans les saintes Ecritures :

-         Il désigne ce qui s’oppose à l’erreur ( Pr 12, 17)

-         Il est utilisé pour désigner la fidélité et la sincérité (Jr 7, 28)

-         Dans les Evangiles il désigne à la fois  la doctrine du Christ (Ga 2,5) ; mais également la personne du Christ lui-même : « je suis, le chemin la vérité et la vie » nous dit Jésus en Jn 14,6.

En clair, pour le chrétien, marcher dans la vérité c’est suivre la doctrine du Christ, c’est suivre le Christ lui-même.

Notion de ‘‘Justice’’ : la justice se définit quant à elle comme la conformité à l’ordre des choses en société, comme l’équité. Dans les Saintes écritures, la justice est souvent associée à une attitude religieuse plus profonde et est mêm parfois synonyme de foi.

Dans la bible la notion de Justice dépasse l’équité à l’égard des autres hommes et touche l’obéissance aux prescriptions morales et religieuses. Est juste celui qui pratique la justice en fonction de l’amour de Dieu et du prochain. ( Dt 6,5 ;Lv 19,18.)

En somme, être juste pour le Chrétien en plus de l’équité, tout accomplir selon l’amour de Dieu et du prochain.

Avec ces deux approches des notions de vérité et de Justice « Marcher dans la vérité avec Jésus souffrant pour faire advenir un monde de Justice », c’est accepter pendant ce temps de carême, de suivre le christ, de l’imiter en conformant nos vies à sa parole de vérité, et de travailler à l’avènement de la justice en accomplissant tout conformément à sa loi d’amour : celle d’aimer Dieu et d’aimer son prochain.

L’idéal de justice et de paix auquel aspire notre monde est aujourd’hui ressenti comme un besoin pressant. Il suffit de jeter un œil autour de nous pour constater les nombreuses injustices commises ici et là. Des pauvres spoliés de leurs biens injustement, des personnes incarcérées injustement et sans raison, des proches parfois sans compétences placés à des postes de responsabilité au détriment de ceux qui possèdent les qualifications requises… et chacun peut en ajouter à la liste. Tout ceci révèle qu’à la base des injustices sociales se trouve l’agir humain. De même l’avènement de la justice requiert son action.

  1. 1.      La nécessité de l’agir humain dans la restauration de l’harmonie originelle

Comme l’a souligné S.E. Jean Pierre Cardinal KUTWA dans son message donné à l’occasion de la rentrée pastorale 2022-2023, l’aspiration à la justice et à la paix que ressent notre monde s’origine dans l’harmonie originelle. Plus qu’une heureuse coïncidence les textes de ce 1er Dimanche de Carême  nous donne de contempler 3 tableaux : l’harmonie originelle, la survenance du péché dans la création par la désobéissance d’Adam et Eve, et l’œuvre de restauration de justification et de salut accompli par l’obéissance du Christ.

En effet la première Lecture de ce jour tirée du livre de la Genèse au chapitre 2,7-3,7 nous donne de contempler l’harmonie originelle qui régnait dans la création avant le péché des hommes. Une création bonne comme le rappelle le refrain « et Dieu vit tout ce qu’il avait fait était bon ». Malheureusement ce dessein de justice et de paix, cette harmonie originelle voulue par Dieu sera entachée par l’action de l’homme du fait de sa désobéissance, lorsqu’il préféra écouter la voix du tentateur que celle de Dieu.

Si par la désobéissance d’Adam le péché et le désordre ont sapé l’harmonie originelle, par l’obéissance du Christ, le nouvel Adam, la multitude sera-t-elle rendue juste.(Rm 5, 18-19).

Dans sa sagesse éternelle, Dieu a de tout temps voulu s’associer l’action de l’homme dans la restauration de l’ordre dans la création. Contrairement à Adam qui succombe à la tentation par la désobéissance, le Christ, comme nous le verrons dans l’Evangile de ce jour nous trace le chemin de l’obéissance et de la fidélité à Dieu comme moyen de travailler à la restauration de l’harmonie dans la création. L’expérience de Jésus au désert proposé à notre méditation en ce premier dimanche de carême est plus qu’une invitation à nous mettre à sa suite et à imiter son obéissance tout au long de ce carême 2023. En accomplissant, par son obéissance et sa fidélité à Dieu, l’œuvre de justification et de restauration de la création déchue Jésus nous trace le chemin et devient pour nous le modèle à imiter.

  1. 2.     Marcher dans la vérité avec le Christ : une exigence pour le disciples du Christ en ce temps de carême

Frères et sœurs, le temps de carême dans lequel nous sommes entrés depuis le Mercredi des cendres s’apparente en effet à une longue marche. Une marche de quarante jours qui, au terme, nous conduira à la célébration du mystère pascal du Christ. Depuis le mercredi des cendres nous avons entendus ces paroles : convertissez-vous et croyez à l’Evangile. Pendant ces 40 jours nous marcherons à la suite du Christ en essayant de conformer nos vies à sa parole de vérité. Pour y arriver certains ont déjà pris des résolutions, d’autres, ont choisi d’accomplir telle ou telle pénitence en vue d’éliminer de leur vie tout ce qui n’est pas conforme à la volonté de Dieu. Avec pour finalité de tous revenir à Dieu de tout notre cœur par une véritable conversion.

Mais ne l’oublions pas le temps de carême s’apparente à une longue marche. Et comme dans les longues marches, la fatigue, la faim, la soif, la longueur du chemin à parcourir exige de nous beaucoup de courage pour ne pas baisser les bras, pour ne pas nous décourager ou abandonner en cour de route à la moindre tentation. C’est pourquoi le carême exige de nous que nous accomplissions toutes nos privations, tous nos efforts, toutes nos résolutions dans la vérité de notre être, en ayant à cœur non pas d’accomplir des prouesses aux yeux des hommes pour nous faire remarquer,  mais de rechercher en tout à plaire à Dieu qui voit dans le secret la vérité de nôtre être et la sincérité de notre démarche de conversion.

Marcher dans la vérité avec le Christ en ce temps de carême, c’est accepter de renoncer à nos plaisirs, à nos conforts personnels et rester fidèles à sa paroles de vérité et à nos résolutions de ce temps lorsque surviendront les tentations. Soyons sûrs, nous ne marchons pas seuls, nous marchons avec le Christ et à sa suite, nous marchons avec des frères et sœurs, eux aussi disciples du Christ, engagés avec nous dans ce carême. Dans son message pour le carême 2023, le Pape François nous rappelait et nous engageait tous à vivre l’ascèse de ce temps de carême comme un effort synodal : « notre chemin de Carême – nous dit le pape François- est “synodal”, car nous l’accomplissons ensemble sur le même chemin, tous nous sommes disciples de l’unique Maître ».

C’est ensemble que nous sommes invités à suivre le Christ, chemin vérité et vie qui nous conduit au père. Et pour nous aider à vivre de façon synodale l’ascèse de ce carême 2023 comme un effort synodal le Pape nous propose deux moyens :

-          Le premier, demeurer à l’Ecoute DE LA Parole de Dieu. C’est elle en effet, la vérité qui nous éclaire, qui nous aide à opérer le bon choix : celui de l’obéissance et de la fidélité à Dieu quand nous passons par la tentation. Mais également l’écoute de nos frères  et sœurs avec qui nous marchons à la suite du Christ en ce temps de carême.

-         Le courage d’affronter les réalités comme le Christ en ne se réfugiant pas dans une religiosité faite d’événements extraordinaires

L’expérience du Christ au désert, proposé à notre méditation en ce premier dimanche de carême pourrait nous aider.

  1. la nécessaire imitation du Christ souffrant dans le combat pour l’instauration de la justice

Chers frères et sœurs ces 40 jours que nous propose l’Eglise pour marcher à la suite du Christ sont avant tout une invitation à imiter le Christ souffrant, surtout son endurance son obéissance et sa fidélité à Dieu à l’heure de la tentation.

Je voudrais avec vous orienter nos regards sur le Christ conduit au désert pour être tenté. Dans ce récit de la tentation de Jésus au désert proposé en ce premier de carême, on peut voir apparaître un Jésus déjà tenaillé par la faim après quarante jour et quarante nuit de jeûne. C’est à ce moment que le tentateur entre en scène. Il sait que jésus a faim, et qu’il ne résisterait certainement pas à la tentation du pain. Mais c’est mal connaitre Jésus, qui oppose aux intérêts égoïstes et mesquins, la vérité de la parole de Dieu. Oui la Parole de Dieu, plus que la nourriture du corps nourrit et fait vivre. Dans le combat pour l’établissement de la justice et du règne de Dieu, la vérité de la parole de Dieu est l’arme qu’il nous faut pour lutter contre nos intérêts égoïstes qui crée toutes les formes d’injustices sociales.

Aujourd’hui les questions de justice sociale, d’injustice tournent autour du pain, de la nourriture, des intérêts personnels. La vérité frères et sœurs, c’est que l’injustice continue de grandir autour de nous. Les injustices se multiplient chaque jour autour de nous sans que personne ne dise mot. Tous nous sommes devenus incapable de dire la vérité, soit parce qu’on a peur de perdre son gagne-pain, son poste, ses avantages. Qui avons-nous choisi de suivre ? Un Jésus vautré dans son divan et qui accepte pour son ventre et ses intérêts personnel de renoncer à sa condition de fils de Dieu, de prophète ? Ou un Christ souffrant, qui a bravé la faim, la soif, la fatigue du désert, et qui malgré tout trouve la force d’opposer au tentateur la vérité de la parole de Dieu ?

 Frères et sœurs accepter de marcher dans la vérité avec Jésus souffrant pour l’instauration d’un monde de justice, c’est accepter de renoncer à ses propres plaisir et à son confort personnel pour que triomphe l’idéal de justice qui transfigurera notre monde.  Le combat pour la justice sociale ne peut se faire sans emprunter le chemin de la vérité.

Demandons au Seigneur la grâce de vivre ce carême 2023 dans la vérité de notre être. Demandons-lui de nous aider à renoncer à nous même, à nos conforts personnels pour nous attacher à sa parole de vérité devant les multiples tentations de ce monde et travailler sans cesse à l’avènement de ce monde de justice et de paix souhaité par tous.

Résumé de l’homélie

Après avoir développé avec vous pendant l’enseignement l’invitation à marcher dans la vérité avec Jésus pour faire advenir le monde de justice tant souhaité par tous, je voudrais avec vous, dans cette brève homélie parcourir les 3 tableaux que nous donnent de contempler les texte de la liturgie de ce jour. Le premier, c’est la création bonne telle que voulue par Dieu, le deuxième, celui de la survenance du péché à cause de la désobéissance du premier homme, et enfin l’œuvre de justification opéré par le Christ grâce à son obéissance et à sa fidélité à Dieu. Comme le péché est entré dans le monde par la faute d’un seul homme, Dieu dans sa sagesse et dans son dessein d’amour et de salut a voulu que par un seul, le Christ, le nouvel Adam, la création déchue soit restaurée. En ce 1er Dimanche de carême, la liturgie nous donne ainsi d’orienter nos regards vers le Christ, qui triomphe du tentateur et nous invite à d’imiter son obéissance. En jeunant 40 jours et 40 nuits au désert, le Christ a consacré le carême, nous dit la préface de ce 1er dimanche, en déjouant les pièges du tentateur par son obéissance à Dieu, il nous trace le chemin et nous apprend à éliminer le ferment du mal. Imitons donc son obéissance et sa fidélité à la parole de Dieu tout au long de ce carême et demandons lui au cours de cette eucharistie la grâce de faire de cette parole, la nourriture qui nous fait vivre et la lumière qui éclaire nos pensées et nous fait triompher du tentateur.